Côte-d’Or : le département et Dijon Métropole font un pas vers le transfert de compétences

Pourquoi transférer des compétences du département vers la métropole ?

La loi prévoit de transférer des compétences des communes de l’aire métropolitaine du département vers la métropole. Ce transfert a pour but de mieux coordonner les politiques publiques : il doit permettre d’éviter les doublons en réunissant les compétences partagées entre les deux institutions.

Parmi les blocs de compétence concernés, il y a notamment : les personnes âgées, les jeunes en difficulté, le tourisme, la voirie … Le principal blocage se trouve au niveau de l’aide sociale. 

Reportage de Christophe Tarrisse, Christophe Gaillard et Maxime Ozel avec :
-François Sauvadet, président du conseil départemental de Côte-d’Or (UDI)
-Colette Popard, conseillère départementale Forces de progrès

Faut-il craindre une grande disparité entre campagnes et métropole ?

Pour la gauche, ce transfert est une évidence : « Le but est de simplifier la vie des gens. Quand vous habitez Dijon, Quetigny, aller au Département pour ensuite être redirigé ailleurs, ça ne ressemble à rien », déclare Colette Popard, conseillère départementale du groupe d’opposition.

Mais, le transfert de compétences se heurte à l’hostilité du département qui craint que la métropole règne sur les parties dynamiques du territoire et ne laisse au conseil départemental que les zones périurbaines ou rurales. « Avec cette question des transferts de compétences, c’est une vision de l’avenir du département de la Côte-dOr et de la France qui s’oppose. Voulons-nous plus de « métropole » ? Nous, nous voulons un nouvel équilibre territorial« , dit François Sauvadet.

En tous cas, « maintenant qu’elle a revendiqué les compétences, la métropole les assumera pleinement. On ne pourra pas sans cesse venir chercher le département pour des financements sur des compétences qui doivent être assumées par la métropole », prévient François Sauvadet.

 

Quand le transfert de compétences entrera-t-il en vigueur ?

Ce débat sur le transfert des compétences a été engagé en septembre 2017. Plusieurs réunions ont eu lieu sous l’égide du préfet pour trouver un accord sur le périmètre des compétences à transférer. Aujourd’hui, il existe toujours de nombreux désaccords.

Mais, sur le volet social, il y a eu une avancée : François Sauvadet a obtenu que si le premier accueil se ferait à Dijon, le département gardera ensuite une compétence sociale. « Les choses avancent, même si rien n’est encore acté », déclare le président du conseil départemental.

Le préfet de Côte-d’Or va maintenant rédiger une convention d’accord qui doit être signée entre les deux parties avant le 1er juin 2019. D’ici là, les discussions continuent de plus belle.
 

Source sur le site France 3 Bourgogne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *