Désobéissance civile des restaurateurs : «Ce que l’on cherche, c’est à créer un dialogue»

Désobéissance civile des restaurateurs : «Ce que l’on cherche, c’est à créer un dialogue»

Face aux menaces de sanctions financières, le restaurateur Stéphane Turillon s’est résolu à abandonner son appel à ouvrir le 1er février. Son avocat Randall Schwerdorffer, invité sur RT France, commente le choix et les motivations de son client.

Le chef Stéphane Turillon avait annoncé vouloir rouvrir son établissement (dans le département du Doubs) le 1er février pour défendre son «droit à travailler», appelant ses collègues à l’imiter. Mais du fait des menaces de sanctions pécuniaires importantes, et donc du risque de déposer de bilan, celui-ci y a fini par renoncer.

Randall Schwerdorffer, avocat du restaurateur, était invité à commenter cette décision. Il explique également les raisons qui ont poussé le chef Stéphane Turillon à appeler à la «désobéissance civile».

Source à l’adresse RT France

Gite Bons Amis

    Les commentaires sont fermés.