«Déconstruire notre propre histoire» : Macron évoque le passé colonial de la France sur CBS

Au cours d’un entretien avec le média américain CBS, le président de la République est revenu sur «la question de la race» et le passé colonial de la France, expliquant qu’il fallait «d’une certaine manière déconstruire notre propre histoire».

Le président français Emmanuel Macron a déclaré au cours d’un entretien diffusé par la chaîne américaine CBS le 18 avril que la France devait «d’une certaine manière déconstruire [sa] propre histoire».

Interrogé sur l’une de ses précédentes déclarations à propos des différences entre son pays et les Etats-Unis concernant les questions ethniques, le chef de l’Etat a expliqué qu’en dépit d’un passé différent, les deux nations avaient en commun de devoir faire face à la «question de la race, qui est au cœur même de notre société et qui crée beaucoup de tensions quand des gens sont fondamentalement victimes de discrimination».  

«Ma conviction est que nous devons nous attaquer à ce sujet en faisant, premièrement, preuve de transparence et de jugement équitable. C’est pourquoi j’ai lancé de nouvelles plateformes pour lutter contre la discrimination, le racisme, etc. Deuxièmement, un dialogue calme et ouvert pour comprendre comment cela s’est passé et d’une certaine manière déconstruire notre propre histoire», a développé Emmanuel Macron à propos du passé colonial de la France, avant d’ajouter, à propos des points de comparaison avec les Etats-Unis, que «sans aucune confusion, nos histoires sont très différentes».

Bientôt une levée des restrictions de voyages pour les Américains vaccinés

Au cours du même entretien, le président de la République a annoncé une levée progressive, «début mai», des restrictions de voyage pour les Américains ayant reçu deux doses de vaccin. «Nous travaillons activement à l’élaboration d’une solution concrète, notamment pour les citoyens américains vaccinés qui pourront bénéficier, en quelque sorte, d’un certificat spécifique», a-t-il expliqué, alors que les discussions se poursuivent à ce sujet avec la Maison blanche.

Par ailleurs, Emmanuel Macron s’est dit favorable à «un dialogue ouvert, apaisé et respectueux avec la Russie», tout en demandant de «définir de claires lignes rouges», sans lesquelles «nous ne pouvons pas être crédibles», se disant prêt à des sanctions en cas de «comportement inacceptable».

Source à l’adresse RT France