Un restaurant du sud de la Floride achète des robots pour lutter contre les problèmes de personnel

Un restaurant du sud de la Floride achète des robots pour lutter contre les problèmes de personnel !

Un restaurant en Floride a ajouté plusieurs nouveaux travailleurs de haute technologie à la liste de son personnel.

Après avoir lutté avec des problèmes de personnel, le restaurant de fruits de mer a décidé d’investir dans des robots pour aider à servir de la nourriture aux tables et à effectuer d’autres tâches importantes.

M. Q Crab House à Hollywood, en Floride, a investi dans trois robots de restauration, rapporte Fox 23 . Les travailleurs électroniques ont accompli diverses tâches normalement assignées aux serveurs et aux autres employés de la réception.

Le propriétaire de l’entreprise, Joy Wang, aurait décidé d’investir 30 000 $ dans les robots parce que le restaurant était aux prises avec des problèmes de personnel.

Selon le média, les robots sont utilisés pour accueillir les clients, les aider à s’asseoir et même distribuer de la nourriture aux tables. Les serveurs humains prennent toujours les commandes, bien que les robots aideraient également à chanter « Joyeux anniversaire » aux clients dans quatre langues différentes.

Ce n’est que la dernière histoire d’un restaurant ayant des problèmes de personnel.

Fox News avait précédemment rapporté qu’un utilisateur de Tiktok nommé Brittany Logan avait récemment partagé des images d’une note qu’elle avait trouvée au volant d’un McDonald’s. Dans la légende de la vidéo, Logan a qualifié la note de « sauvage ».

Comme il apparaît dans la vidéo, la note dit : « Nous manquons de personnel. Veuillez être patient avec le personnel qui s’est présenté. Personne ne veut plus travailler. »

Le message semble faire référence aux problèmes rencontrés par les restaurants en matière de dotation en personnel. Dans les commentaires de la vidéo, plusieurs utilisateurs de Tiktok se sont plaints qu’en raison de la peur de la pandémie et de l’augmentation des allocations de chômage, il était apparemment difficile de doter les restaurants de tout le personnel.

Plusieurs utilisateurs qui travaillent dans l’industrie alimentaire sont intervenus, avec une réponse disant : « C’est triste parce que c’est vrai. Nous avons essayé d’embaucher des gens dans notre restaurant et personne ne veut travailler. »

Le même problème en France !

Aux Etats-Unis entre les chèques envoyés par l’Etat et l’allongement des durées d’indemnisation chômage, les gens n’ont pas intérêt à partir travailler. C’est un simple calcul d’agent économique. Ce n’est ni bien ni mal, c’est ainsi. On est rarement serveur corvéable à merci uniquement par plaisir. Si vous n’êtes pas obligé de faire ces boulots difficiles parce que vous êtes payés à ne rien faire, il est normal de ne trouver personne.

Vous avez le même problème actuellement en France avec la prolongation des droits au chômage.

Pour les postes peu qualifiés, il y a très clairement pénurie pour la simple et bonne raison que pour beaucoup les droits au chômage ont été prolongés.

C’est donc, et c’est paradoxal, pour les bosseurs, les sérieux, et ceux surtout qui voient un tout petit plus loin le moment de trouver du boulot, d’abord parce qu’il y en a et qu’entre ceux qui ne veulent pas bouger parce qu’ils ont peur, ceux qui sont indemnisés et ne veulent pas repartir travailler immédiatement, vous avez là, maintenant, une fenêtre d’opportunité pour trouver du travail sans trop de concurrence. Dans deux mois, quand ils retireront les aides, il y aura foule au portillon, passez avant !

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source New York Post ici

Source à l’adresse Insolentiae