« Face à la pénurie, PSA revient aux compteurs à aiguilles !! » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Au volant de ma Dacia Lodgy dernier cri, mais dont les 3 chiffres du centre de la plaque sont tout de même 007, ce qui fait hurler de rire le chef de l’atelier de mon Renault du coin à chaque fois que je vais y traîner mes roues qui me donne du « Monsieur Bond », je suis passé quelques peu à côté de la révolution technologique des écrans qui peuplent désormais toutes les voitures modernes. Tablettes, écrans plats, machins tactiles et autres bidules numériques avec prises « bloutouches » intégrées et tout le tintouin.

Mais c’est qu’il y en faut des semi-conducteurs pour aider les conducteurs qui seraient vite des demi-conducteurs sans toutes leurs assistances électroniques.

Nous les pilotes d’Austin Dacia, nous n’avons rien de cela, et cela tombe bien de n’avoir jamais été croissant, cela évite de gérer la décroissance, parce que les semi-conducteurs manquent cruellement, et il semblerait que cela va vraiment durer.

Du coup, chez PSA on s’adapte.

Fini les compteurs des vitesses numériques sous forme de tablette et place au bon vieux compteur analogique à aiguille…

Hahahahahahaha.

Vintage à souhait !

« L’étonnante décision de Peugeot face à la pénurie de semi-conducteurs »

Titre LCI qui n’en revient toujours pas de la décision de PSA, pardon Stellantis désormais qu’il faut dire !

« Depuis le début de l’année, l’industrie automobile fait face à une pénurie de semi-conducteurs, des petites puces électroniques. Peugeot prend une étonnante décision pour poursuivre la construction des voitures.
Partout dans le monde, depuis quelques mois, l’industrie automobile souffre d’une pénurie de semi-conducteurs. Ce sont des petites puces électroniques qui permettent d’avoir un compteur numérique ou encore un GPS. Alors, quand d’autres constructeurs mettent des salariés au chômage technique faute de travail, Peugeot a pris une étonnante décision. Le groupe a décidé de faire un retour en arrière. Adieu le compteur numérique dans la nouvelle 308, revoici le compteur à aiguilles. Les nostalgiques seront ravis de savoir qu’il fera son retour très prochainement. Y’a-t-il une différence ? Nous avons posé la question à un garagiste »...

Comme le dit le garagiste du reportage avec le bon sens de mon chef d’atelier de mon petit coin normand, ben c’est « comme votre montre, qu’elle soit digitale ou à aiguille, ben… l’heure c’est la même, et ben là, pour votre vitesse ce sera pareil »… Sympa il a pas osé dire que tout ces i-bidules à part tomber en panne en permanence et affaiblir la fiabilité des voitures, ça ne sert à rien, si ce n’est à vendre plus cher et flater des égos d’automobilistes… « je suis quelqu’un au volant de cette voiture ».

Une pénurie durable et du côté de Taiwan ça coince…

Oui ça coince, parce que les usines made in Taiwan patinent et cela va s’aggraver car il n’y a plus assez d’eau… oui de l’eau. C’est la sécheresse là-bas, et la presse en tremble déjà et nos industriels paniquent…

Enfin, non ils ne paniquent pas, ils s’adaptent, et très rapidement, parce que sinon, les usines sont fermées, et la production à l’arrêt.

Vous avez d’ailleurs un exemple assez éclairant sur la façon dont l’Etat français gère une pénurie de masque, et celle de PSA de gérer une pénurie de semi-conducteurs.

C’est tout de même assez saisissant toutes ces pénuries.

L’Asie détient le monopole de beaucoup de productions qui rentrent en compte dans la production de produits finaux. Les gros clients sont en réalité en Asie.

Ce sont donc les grosses, les immenses, les colossales industries asiatiques et chinoises qui sont et seront alimentées en premier. L’Europe, en dehors de l’Allemagne qui résiste encore, sera laminée et sacrifiée par sa faiblesse industrielle sur l’autel des pénuries au profit de l’Asie.

Loin de relocaliser, nos industriels vont au contraire être obligés de délocaliser ce qui reste d’usines ici pour pouvoir trouver les fournisseurs de là-bas.

Et c’est exactement la stratégie chinoise.

Vous voulez des batteries ?

Vous voulez des terres rares ?

Vous voulez des écrans ?

Vous voulez des semi-conducteurs ?

Mettez votre usine ici et vous serez livrés.

Pour vous le dire autrement, ces pénuries ne sont pas non plus que liées au coronavirus.

C’est aussi un choix, une volonté.

Elles sont en partie organisées et instrumentalisées dans le cadre d’une immense guerre commerciale.

Game Over pour la France et l’Europe.

Restez à l’écoute.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire [email protected]
Pour écrire à ma femme [email protected]

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source à l’adresse Insolentiae