«On n’en peut plus» : la droite anti-immigration réagit à l’assassinat de la policière à Rambouillet

La droite anti-immigration a vivement réagi à l’assassinat d’une fonctionnaire de police tuée dans une attaque au couteau à Rambouillet perpétrée par un homme de nationalité tunisienne.

L’assassinat d’une policière à Rambouillet ce 23 avril par un homme de nationalité tunisienne lors d’une attaque au couteau dans un commissariat a vivement fait réagir le monde politique français de gauche comme de droite. A droite, les hommes et femmes politiques connus pour leur hostilité à l’immigration n’ont pas manqué d’exprimer leur exaspération. 

«Les mêmes horreurs se succèdent, la même infinie tristesse en pensant aux proches et aux collègues de cette policière assassinée, les mêmes profils coupables de cette barbarie, les mêmes motifs islamistes… On n’en peut plus», a notamment écrit Marine Le Pen sur son compte Twitter. Peu après sur BFM TV, la présidente du Rassemblement national a ajouté : «Comment un homme qui est resté clandestin durant dix ans sur notre territoire a-t-il pu être régularisé ? Pourquoi les centaines de milliers de clandestins présents en France ne sont pas expulsés ?»

Partisan du Frexit, Florian Philippot a réitéré son appel à quitter l’Union européenne et la CEDH et déclaré : «Reprenons le contrôle de notre politique migratoire ! Trop de sang versé ! On doit avoir le droit d’expulser. C’est même un devoir ! On doit avoir le droit de contrôler nos frontières nationales. C’est même un devoir !»

«J’apprends que l’assaillant, tunisien, aurait égorgé la jeune policière au cri d’Allah Akbar. Le terrorisme islamique fait une nouvelle fois couler le sang français. Assez de désigner l’ennemi. La guerre a commencé : menons-la», a écrit le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan.

«C’est implacable. C’est terrible. Mais les terroristes islamistes ont pratiquement toujours le même profil. Il faut couper cette immigration incontrôlée à la racine !», a twitté Robert Ménard.

«Et si nous décidions qu’un immigré entré illégalement en France – c’est-à-dire un clandestin qui a violé les lois françaises – n’était jamais régularisé ?», a encore suggéré le maire de Béziers.

«Encore une victime innocente, encore un étranger arrivé clandestinement sur notre sol, encore un mode opératoire barbare… Et aucune mesure politique pour mettre fin à cette stratégie des “mille entailles” exercée par les islamistes sur notre territoire !» s’est indigné le député européen Thierry Mariani, candidat en Provence-Alpes-Cote D’Azur, soutenu par le RN et la Droite Populaire.

«L’égorgeur islamiste de la policière de Rambouillet était arrivé en France en 2009 et a été régularisé en 2019. Les régularisateurs auront des comptes à rendre !», a pour sa part estimé Gilbert Collard, député français du Groupe Identité et Démocratie au Parlement européen.

L’assaillant a tué à coups de couteau une fonctionnaire de police âgée de 49 ans au commissariat de Rambouillet (Yvelines) puis a été interpellé et grièvement blessé par balles par d’autres agents, ce 23 avril vers 14h20. La victime se prénommait Stéphanie et était âgée de 49 ans. Fonctionnaire administrative, elle était entrée dans la police en 1993. «Du combat engagé contre le terrorisme islamiste, nous ne céderons rien», a assuré le président de la République Emmanuel Macron dans un tweet dans lequel il a rendu un hommage appuyé à la fonctionnaire assassinée.

Source à l’adresse RT France