Réforme de l’assurance chômage : des milliers d’intermittents et de manifestants dans la rue

Sous l’impulsion des intermittents du spectacle, plusieurs milliers de personnes ont manifesté un peu partout en France pour demander le retrait de la réforme de l’assurance-chômage qui doit entrer en vigueur le 1er juillet.

Des manifestations ont été organisées un peu partout en France le 23 avril pour protester contre la réforme de l’assurance-chômage. Ces rassemblements se sont tenus à l’initiative des syndicats CGT et Solidaires et d’associations comme le Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP) auxquels se sont joints des collectifs d’intermittents qui occupent des lieux culturels depuis plusieurs semaines.

De fait, les intermittents du spectacle, qui ne sont pas directement concernés par la réforme de l’assurance-chômage mais réclament une prolongation de leur année blanche et la réouverture immédiate des lieux culturels, constituaient le gros des cortèges.

«Vivre de l’art est un art de vivre», «Festival : l’entubé de l’été», pouvait-on ainsi lire sur les pancartes à Paris, où plusieurs milliers de personnes, souvent jeunes, ont marché dans une ambiance festive dans l’après-midi depuis la place d’Italie vers la place de la Bastille à Paris.

Une immense banderole a été même déployée sur la façade du théâtre de l’Odéon : «Guerre au chômage ! Pas aux chômeurs !»

Dans le viseur des manifestants, l’entrée en vigueur cet été du nouveau mode de calcul des allocations, qui sera moins favorable aux demandeurs d’emploi qui alternent régulièrement périodes de chômage et d’activité.

Selon l’Unédic, 1,15 million de personnes qui ouvriront des droits à l’assurance-chômage dans l’année suivant le 1er juillet devraient ainsi toucher une allocation mensuelle plus faible qu’avec les règles actuelles (de 17% en moyenne) avec dans le même temps une «durée théorique d’indemnisation» allongée (14 mois en moyenne contre 11 avant la réforme). 

Toujours selon les chiffres de l’Unédic, la réforme devrait ainsi permettre à l’Etat de réaliser environ 2,3 milliards d’euros d’économies par an. Or, selon Christelle Edelenyi, guide-conférencière interviewée par RT France, «on cherche à économiser quelques milliards d’euros mais sur le dos des personnes qui sont déjà précaires et qui vont être encore plus précarisées par cette réforme».

Portant des vêtements noirs et une croix blanche, les manifestants marseillais, environ 300, ont descendu la Canebière vers le Vieux Port en faisant claquer les couvercles de caissons de matériel technique.

A Nantes, le cortège de 1 500 manifestants s’était réuni au théâtre Graslin, actuellement occupé, en arborant des pancartes comme «Trop long l’entracte», «Macron démission» ou encore «Réouverture immédiate des lieux culturels».

A Lyon, 600 manifestants ont marché du TNP de Villeurbanne à l’Opéra de Lyon, deux lieux occupés respectivement par des intermittents et des étudiants issus des filières artistiques depuis la mi-mars. Ils étaient 200 à Saint-Etienne, avec des intermittents organisant un clapping et scandant «Nous sommes tous essentiels» sur l’air de We Will Rock You.

A Lille, 500 personnes ont manifesté derrière une banderole «Stop aux licenciements, délocalisations, et suppressions de postes».

«Il est hors de question d’avoir une réforme qui va casser les droits avec tous les PSE [plan de sauvegarde de l’emploi] en cours : Nocibé, les Flunch, les Auchan, les Carrefour», a dénoncé Jean-Paul Delescaut, secrétaire de la CGT dans le Nord.

Sur LCI, la ministre du Travail Elisabeth Borne a assuré «avoir entendu ces oppositions», mais a jugé nécessaire de modifier le système actuel.

Source à l’adresse RT France