France, industrie en hausse, services et commerces en berne !

En avril 2021, l’indicateur de climat des affaires en France se replie… voici ce que nous dit l’INSEE, mais cet indicateur prend en compte deux grandes composantes, l’industrie d’un côté et les services et le commerce de l’autre.

L’industrie se porte fort bien, et les commandes sont bien là, ce qui est une bonne nouvelle et il y a l’envie de rattraper le temps perdu.

En revanche du côté des commerces et des services, le moral est bas. C’est logique, tout tourne au ralenti. Il faudra attendre le déconfinement total pour voir les indicateurs se redresser. Ce sera le cas avec les beaux jours et l’été qui vient, le gouvernement souhaite déconfiner.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Note Insee

En avril 2021, le climat des affaires se détériore après une nette amélioration le mois précédent. L’indicateur qui le synthétise, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité marchands, perd deux points. À 95, il se situe en deçà de sa moyenne de longue période (100).

Ce repli modéré résulte de la détérioration des perspectives dans le tertiaire, en partie contrebalancée par une nouvelle amélioration du climat des affaires dans l’industrie.

Dans le commerce de détail, le climat perd 5 points et se situe nettement au-dessous de sa moyenne de longue période. Dans ce secteur, tous les soldes prospectifs sont affectés, en lien avec le renforcement, fin mars, des mesures sanitaires.

Dans le secteur des services, le climat perd 3 points, du fait de la baisse de la plupart des soldes prospectifs, et se situe lui aussi nettement en deçà de sa moyenne.

En revanche, dans l’industrie, le climat des affaire gagne 5 points. À 104, il repasse au-dessus de sa moyenne (100). Dans ce secteur, les soldes d’opinion sur les carnets de commande, sur les perspectives personnelles de production et sur la production passée progressent.

Enfin, dans le bâtiment, l’opinion des entrepreneurs sur l’évolution récente de leur activité s’améliore quand celle sur l’activité prévue s’assombrit légèrement. Ces deux soldes demeurent nettement au-dessus de leurs moyennes respectives.

Le climat de l’emploi est stable
Dans le même temps, le climat de l’emploi est stable. À 92, il reste bien en deçà de sa moyenne de longue période (100). La hausse des soldes d’opinion sur l’évolution passée des effectifs dans les services hors agences d’intérim et dans le commerce de détail compense la baisse des soldes sur l’évolution attendue des effectifs dans les agences d’intérim, le commerce de détail et l’industrie.

Révisions
Le climat des affaires dans l’industrie ainsi que celui dans le commerce de détail et le commerce et réparation automobiles de mars 2021 sont révisés à la hausse d’un point. Le climat des affaires dans les services de mars 2021 est révisé à la baisse d’un point. Ces révisions s’expliquent principalement par la prise en compte de réponses tardives d’entreprises.

Source INSEE ici

Source à l’adresse Insolentiae