La FED pas pressée d’engager un « tapering »

Le « Tapering » c’est l’inverse du « Quantitative Easing ». Avec les QE, on imprime de la monnaie que l’on injecte massivement dans l’économie pour la stimuler. Le « Tapering » c’est le fait de réduire progressivement ces injections jusqu’à la suppression et au retour au fonctionnement normal des marchés. C’est donc une normalisation plus ou moins rapide des conditions économiques.

« La Fed devrait revoir à la hausse son appréciation concernant l’état général de l’économie américaine après la publication de données macro-économiques de très bonne facture ces dernières semaines (sur l’emploi et sur les secteurs les plus touchés par la pandémie) et en raison d’une campagne de vaccination en avance sur les prévisions.

Cela dit, la Réserve fédérale devrait conserver une posture très prudente, notamment en raison du niveau d’incertitude concernant la crise du Covid-19. Le président Powell devrait réaffirmer que les membres doivent noter des « progrès supplémentaires substantiels » en matière d’emploi et d’inflation avant de normaliser leur politique.

La Fed ne devrait pas non plus modifier sa communication ou donner des indications quant au moment où elle réduira ses achats de titres du Trésor et de titres adossés à des créances hypothécaires (MBS). Cette annonce devrait se faire au second semestre de l’année (réunion de juin au plus tôt, très probablement lors du symposium de Jackson Hole en août). M. Powell soulignera également que l’achèvement du « Quantitative Easing » est une condition nécessaire avant que la Fed n’envisage une hausse des taux.

Dans l’ensemble, nous nous attendons à un ton plus optimiste, mais nous ne pensons pas que cela aura un impact significatif sur les marchés, sauf si M. Powell signale que le moment de réduire le montant des achats est arrivé. Mais là encore, nous ne pensons pas que cela se produira lors de cette réunion ».

Sauf, qu’il est effectivement très peu probable que la FED puisse cesser ces aides immédiatement puisqu’il faut bien financer les dépenses monumentales du gouvernement fédéral.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Biden, va considérablement augmenter les impôts car, il va falloir des recettes fiscales pour payer la dette et permettre à la FED de faire croire au monde qu’elle peut cesser les injections de liquidités.

Cela ne durera qu’un temps et jusqu’au prochain variant ou à la prochaine crise.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Boursorama.com ici

Source à l’adresse Insolentiae