USA : croissance de 6,4 % du PIB

« WASHINGTON (Reuters) – La croissance de l’économie américaine s’est accélérée au premier trimestre grâce à un soutien budgétaire massif aux ménages et aux entreprises, montre la première estimation du produit intérieur brut publiée jeudi par le département du Commerce. Le PIB des Etats-Unis a progressé de 6,4 % en rythme annualisé sur les trois premiers mois de l’année alors que les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à une croissance légèrement inférieure, à 6,1 %, après 4,3 % au dernier trimestre 2020 ».

Rien de surprenant.

Les injections d’argent sont massives, qu’elles viennent de la FED (la banque centrale) ou du déficit public avec l’envoi directement des chèques aux Américains.

Avec l’argent directement versé sur le compte bancaire des gens il aurait été étonnant que cela ne permette pas un fort rebond de l’activité, surtout, que dans beaucoup d’Etats, les Etats-Unis se déconfinent largement.

Pour résumer la situation et la relativiser :

Soit un PIB d’environ 20 000 milliards de dollars pour les USA.

Soit une croissance en rythme annuel de 6.4 %

Cela nous donne 1 280 milliards de création de richesse et d’augmentation du PIB en gros.

Or, le dernier plan de relance était de … 1 900 milliards de dollars !

Vous voyez le truc ?

Mon calcul est économiquement « grossier », mais intellectuellement très juste.

Les choses s’affineront dans le temps, mais globalement les sommes injectées permettent à peine de créer une situation de croissance proportionnelle aux dépenses engagées.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Boursorama.com ici

Source à l’adresse Insolentiae