Islamisme : des généraux alertent les parlementaires sur une «guerre hybride» déclarée à la France

Alors que l’émoi créé par la tribune des généraux relayée par Valeurs actuelles reste vif, 16 officiers mettent en garde les parlementaires contre un risque de guerre civile en France et en Europe sur fond de menace islamiste.

Citant un document remis aux élus des différents groupes le 14 avril, le JDD dévoile le 1er mai que 16 officiers, généraux français pour la plupart, mettent en garde les parlementaires contre un risque de guerre civile et réclament «une stratégie globale contre l’islamisme et l’éclatement de la France».

Une guerre hybride nous a été déclarée, elle est multiforme et s’achèvera au mieux sur une guerre civile, ou au pire sur une cruelle défaite sans lendemain

Selon l’hebdomadaire, qui cite un des rédacteurs, ce document du Cercle de réflexion interarmées (CRI), intitulé «Pour une stratégie globale contre l’islamisme et l’éclatement de la France», n’aurait pas de lien avec la récente tribune des généraux relayée par Valeurs actuelles, à l’origine d’un scandale qui a fait réagir au sommet de l’Etat. Deux des contributeurs du texte, «cadres de réserve de l’armée», seraient en revanche aussi signataires de la tribune polémique, selon le JDD

Le document affirmerait qu’une «guerre hybride a commencé contre l’Europe et la France» et qu’il faut «forger les armes psychologiques, sociologiques, morales, éducatives, juridiques et pénales pour la conduire et la gagner». «Une guerre hybride nous a été déclarée, elle est multiforme et s’achèvera au mieux sur une guerre civile, ou au pire sur une cruelle défaite sans lendemain», poursuit le texte cité par le journal. 

Les menaces qui pèsent sur le pays seraient l’«islamisme, l’immigration, la binationalité et la perte de repères dans la jeunesse», résume le JDD, le document de 21 pages demandant pour y faire face un plan d’action à «stratégie multidimensionnelle». 

Lanceurs d’alerte pour les uns, putschistes en herbe pour les autres, les officiers ayant co-signé la tribune «Pour un retour de l’honneur de nos gouvernants» publiée par Valeurs actuelles ont été sévèrement rabroués par la hiérarchie militaire.

Le chef d’état-major des Armées François Lecointre a annoncé le 28 avril que 18 de ces militaires passeraient devant un conseil militaire. Mais l’indignation affichée par la macronie et une partie de la gauche ne semble pas majoritairement partagée par les Français. Selon un sondage Harris Interactive pour LCI du 28 avril, 58% des personnes interrogées soutenaient «plutôt» ou «tout à fait» les signataires.

Source à l’adresse RT France