Grâce à la vaccination, l’économie britannique va repartir plus vite et plus fort que prévu

La réouverture anticipée de l‘activité permise par la vaccination devrait stimuler l’économie britannique en 2021 au-delà des attentes. Et surtout, la croissance devrait se maintenir à un haut niveau en 2022.

Dans une de ses dernières publications de prévisions économiques publiée en fin de semaine, le département études économiques du Crédit agricole prévoit au Royaume-Uni pour 2021 une croissance plus forte qu’anticipé quelques mois auparavant.

Grâce au déploiement rapide de la vaccination et à une nouvelle extension de la politique de soutien budgétaire à court terme décidé par le gouvernement, la croissance du produit intérieur brut (PIB) britannique devrait être de l’ordre de 5,6% en 2021 au lieu des 4,5% attendus au début de l’année.

Et surtout, en dépit de la pire chute du PIB en 2020 (-9,9%) connue depuis la seconde guerre mondiale, l’activité économique du Royaume-Uni devrait retrouver son niveau pré-pandémie dès le premier trimestre 2022, alors que la plupart des scénarios ne l’anticipaient jusqu’ici que pour la fin de l’année.

Mais beaucoup prévoient une croissance encore plus vigoureuse, comme Andrew Goodwin, économiste en chef chez Oxford Economics, qui cité dans le Financial Times il y a quelques jours envisage une croissance du PIB de 7,2% en 2021. De son côté le cabinet de conseil EY a mis à jour ses prévisions de croissance à 6,8% en 2021, contre 5% prédits en janvier. Il voit lui aussi l’économie britannique revenir à son niveau du quatrième trimestre 2019 dès le deuxième trimestre 2022, trois mois plus tôt que prévu.

Croissance soutenue en 2022

L’extension du programme gouvernemental de maintien de l’emploi jusqu’à l’automne a également suscité des perspectives de chômage unanimement plus optimistes, désormais prévu à 5,9% en 2021, contre 7,4% attendus en septembre.  

A titre de comparaison les dernières projections de la Banque de France anticipent un maintien du taux de chômage dans l’hexagone aux environs de 9% à l’horizon des prévisions de l’institut monétaire (2023). La croissance du PIB, presque aussi vigoureuse en 2021 qu’au Royaume-Uni à 5,5%, grâce à un fort rebond de la consommation attendu au troisième trimestre, devrait ralentir à 4% en 2022.  

Le Fonds monétaire international (FMI), qui a relevé à la hausse ses prévisions économiques mondiales début avril confirme, pour le Royaume-Uni, le maintien en 2022 d’un taux de croissance supérieur à 5% et à la moyenne des économies dites «avancées» (+3,4%). Ce niveau élevé d’activité en 2022 devrait malgré tout rester inférieur aux +5,6% attendus en Chine (après +8,4% en 2021), seule grande économie à être restée en croissance en 2020.

Ivan Lapchine

Source à l’adresse RT France