La Grèce très malade, veut devenir une Californie européenne

La Grèce souffre depuis 10 ans.

Récession.

Austérité.

Economies massives.

Effondrement social.

Chômage de masse.

Paupérisation.

Dans tout cela, le tourisme, lui ne connaissait pas trop la crise et permettait de limiter les dégâts.

Mais le covid est passé par là.

10 % de baisse du PIB.

Et à nouveau, la crise aussi grave qu’il y a 10 ans.

Alors la Grèce souhaite devenir la Californie Européenne.

C’est bien.

C’est un beau projet.

Le Portugal aussi veut devenir une Californie.

L’Espagne également.

En réalité, pour le moment, cela sonne comme un slogan. Pas comme une réalité économique.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

La Grèce veut devenir la Californie d’Europe aux frais de l’UE

La Grèce, qui s’est à peine remise de la crise de sa dette nationale et pour se voir aussitôt confrontée à l’effondrement du tourisme suite à la pandémie, peut compter sur près de 30 milliards d’euros dans le cadre du programme de développement européen «NextGenerationEU». Elle veut devenir une nouvelle Californie.

Athènes a envoyé à Bruxelles son plan de relance post-Covid pour bénéficier d’environ 30,5 milliards d’euros de subventions et de prêts. Le plan, baptisé «Grèce 2.0» et développé sous la houlette du prix Nobel Christopher Pissarides, a pour objectif de transformer le pays en une Californie d’Europe.

La réaction de Bruxelles n’a pas tardé.

«Nous avons reçu le plan de relance et de résilience de la Grèce. C’est bien de voir qu’il se concentre sur des domaines stratégiques pour l’avenir du pays: vert et numérique, emplois, compétences, investissements privés et réforme», a tweeté Ursula von der Leyen.

Selon la présidente de la Commission européenne, la Grèce pourrait recevoir jusqu’à 30,5 milliards d’euros dans le cadre du programme «NextGenerationEU».

L’Union européenne se propose de fournir un total de 672,5 milliards pour atténuer les dommages économiques causés par la pandémie, mais aussi pour que ses États membres puissent sortir de la crise plus forts.

Athènes a demandé 17,8 milliards de subventions et 12,7 milliards de prêts à faible taux d’intérêt, détaille le Süddeutsche Zeitung.

Le PIB diminue de 10%

Le programme est particulièrement important pour ce pays qui, au bout de dix ans d’efforts, venait à peine de se remettre de la crise de sa dette nationale pour se voir confronté à l’effondrement du tourisme en raison de la pandémie.

Un coup dur a été porté à son économie dont un cinquième du PIB dépend du tourisme. Au moins un emploi sur cinq y est lié, voire plus dans certaines îles. En 2020, le PIB grec a diminué de près de 10%.

Le plan d’une équipe dirigée par un prix Nobel

Le journal indique que lorsque le nouveau gouvernement a pris ses fonctions en juillet 2019, il était déjà conscient de la nécessité d’un plan global pour aider durablement le pays. Le prix Nobel d’économie chypriote Christopher Pissarides a été chargé d’en élaborer un pour parvenir à plus d’innovations, d’emplois et de productivité. Les objectifs sont ambitieux: la Grèce devrait devenir la «Californie d’Europe».

Un plan national de développement et de résilience de 4.104 pages, intitulée «Grèce 2.0», a été présenté mercredi 30 avril à la Commission européenne par le vice-ministre des Finances Theodoros Skylakakis. Il comprend 106 projets d’investissements et 67 plans de réforme. Outre la numérisation, l’un des objectifs est la restructuration verte de l’économie. Les maisons d’habitation et les bâtiments publics doivent être rénovés compte tenu des besoins en économie d’énergie, des bornes de recharge pour voitures électriques doivent être construites, les forêts reboisées et la biodiversité protégée. De plus, le pays veut renoncer à l’utilisation du lignite extrait dans les régions du nord.

Selon le Süddeutsche Zeitung, le programme prévoit également la lutte contre l’évasion fiscale et contre la discrimination. Les moins de 30 ans, qui ont été particulièrement touchés par la pandémie, devrait bénéficier d’un soutien supplémentaire avec des programmes d’emploi et de formation, mais aussi des subventions pour l’achat d’ordinateurs.

Dans une récente interview au Süddeutsche Zeitung, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a déclaré que le Fonds de relance de l’UE offrait «une opportunité qui ne se présente qu’une fois par génération».

Source Agence de presse russe Sputnik.com ici

Source à l’adresse Insolentiae