Après Joe Biden, Emmanuel Macron se dit favorable à la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid

Le président français s’est déclaré «tout à fait favorable à une ouverture de la la propriété intellectuelle» de ces vaccins, au lendemain de l’annonce faite en ce sens par son homologue américain. L’Allemagne et l’UE se disent «prêtes à discuter».

Ce jeudi 6 mai, Emmanuel Macron s’est dit «tout à fait favorable à une ouverture de la la propriété intellectuelle» concernant les vaccins contre le Covid-19, au lendemain de l’annonce faite en ce sens par le président américain Joe Biden. L’Allemagne et l’Union européenne se sont montrées plus prudentes, en se disant ouvertes à la discussion sur ce sujet.

«Oui nous devons évidemment faire de ce vaccin un bien public mondial», a ajouté le chef de l’Etat en inaugurant le premier grand vaccinodrome de Paris, situé dans le Parc des expositions de la Porte de Versailles. Emmanuel Macron a cependant souligné que la priorité à court terme était «le don de doses» et «de produire en partenariat avec les pays les plus pauvres», ce qui nécessitera des transferts de technologie car certains d’entre eux ne disposent pas pour l’heure de «plateforme pour produire de l’ARN messager» .

L’administration du président américain Joe Biden avait annoncé le 5 mai soutenir l’idée d’une levée des brevets sur les vaccins pour accélérer la production et la distribution, précisant que Washington participait «activement» aux négociations menées en ce sens à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

L’Allemagne et l’Union européenne «prêtes à discuter»

L’Allemagne s’est quant à elle montrée plus prudente en se disant «ouverte» à une «discussion» au sujet de la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid-19. «C’est une question que nous devons nous poser car il s’agit de mettre fin à cette pandémie», a déclaré le ministre des Affaires étrangères allemand, Heiko Maas.

Le ministre allemand de la Santé Jens Spahn a toutefois adressé une pique aux Américains, en déclarant que les pays où sont produits les vaccins doivent être prêts «à les exporter également vers les autres». «Nous sommes heureux que les États-Unis soient maintenant également prêts [à le faire]», a-t-il ajouté, alors que Washington a ces derniers mois refusé d’exporter des doses produites aux Etats-Unis.

Par la voix de la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, l’Union européenne (UE) s’est également dite ce 6 mai «prête à discuter» d’une levée des brevets – sujet qui s’invitera au sommet des 27 à Porto le 7 mai – tout en se montrant sceptique sur l’efficacité d’une telle mesure pour accélérer la vaccination mondiale.

Jusqu’à présent, l’UE ne s’y disait pas favorable, arguant que cette solution prendrait du temps, faute de moyens de production immédiatement mobilisables.

Source à l’adresse RT France