Bizuté, un pilote subi des rafales de tirs d’un Mirage sur un terrain d’exercice en Corse

Selon La Provence, un pilote de l’Armée de l’air a été violemment bizuté en 2019. Attaché et cagoulé sur un champ de tir, le militaire a subi non loin de lui des tirs réels d’avions Mirage. La victime a porté plainte et des sanctions sont annoncées.

Le calvaire de ce jeune pilote aura duré 20 minutes, selon les informations du quotidien La Provence paru ce 7 mai. Le militaire encagoulé a été ligoté à un poteau avec des sangles avant de subir à proximité les tirs réels d’un Mirage 2000 de la base de Solenzara en Corse. Les faits se seraient passés en 2019 au milieu d’un champ de tirs de l’Armée de l’air. L’homme a été placé sur l’une des cibles qui servent habituellement pour l’entraînement des pilotes de chasse.

La séquence a été filmée par les auteurs de ce sinistre bizutage. Les avions ont tiré avec des munitions réelles à proximité de la victime sur une autre cible à environ 500 mètres avant de viser dans sa direction avec des tirs factices. 

Traumatisé par toutes les brimades subies et cet épisode, le jeune pilote aurait demandé sans succès à plusieurs reprises une nouvelle affectation. D’après La Provence, il a donc décidé deux ans plus tard de porter plainte pour «violences volontaires aggravées» et «mise en danger délibérée d’autrui».

A la suite de la plainte, le porte-parole de l’Armée de l’Air et de l’Espace s’est exprimé dans un communiqué le 7 mai, relayé par le journal : «Récemment informé d’un événement datant de mars 2019, le chef d’état-major de l’armée de l’air et de l’espace a diligenté une enquête de commandement pour faire toute la lumière sur les faits portés à sa connaissance […] cette enquête a conduit le commandement à engager le processus disciplinaire à l’encontre des responsables identifiés. Des sanctions fermes ont alors été prononcées.» Et l’Armée d’assurer qu’elle participera à l’enquête judiciaire «de façon totalement transparente».

Source à l’adresse RT France