«Chasser le RN de cette terre» : Dupond-Moretti candidat aux régionales dans les Hauts-de-France

Le ministre de la Justice a annoncé sa candidature aux régionales dans les Hauts-de-France, sur la liste départementale LREM du Pas-de-Calais. «Madame le Pen refuse de débattre. Elle ne veut pas venir à moi, alors je viens à elle», a-t-il expliqué.

Le ministre de la Justice Eric Dupont-Moretti a décidé de se lancer sur la liste La République en Marche (LREM) aux régionales dans les Hauts-de-France. «Je serai au premier rang dans le Pas-de-Calais sur la liste de Laurent Pietraszewski [secrétaire d’Etat chargé des retraites et tête de liste]», a déclaré le garde des Sceaux le 7 mai à La Voix du Nord

«Parce que je ne veux pas que cette terre file entre les mains du RN», a-t-il justifié, rappelant qu’il était né d’une mère italienne à Maubeuge, dans le Nord et que ses enfants étaient nés à Tourcoing. «Madame le Pen refuse de débattre avec moi. Elle ne veut pas venir à moi, alors je viens à elle», a-t-il argumenté, ajoutant qu’à la différence de Xavier Bertrand – actuel président de la région et candidat déclaré à la présidentielle 2022 – il ne voulait pas «chasser sur les terres du Rassemblement national». «Je veux chasser le Rassemblement national de cette terre», a-t-il lancé.

Elue conseillère régionale en 2015, Marine Le Pen n’affrontera pas directement Eric Dupont-Moretti, puisqu’elle sera cette fois candidate aux départementales dans le Pas-de-Calais, sur le canton d’Hénin-Beaumont, fief RN. La région Hauts-de-France est avec PACA la seule où le RN est l’unique opposant dans l’hémicycle, après le désistement en 2015 de la liste PS pour faire barrage à Marine Le Pen, arrivée en tête au premier tour avec 40,6% des voix. Quatre des sept députés RN sont issus de ce territoire, où il dirige aussi trois communes. 

Une provocation politicienne, obsessionnelle vis-à-vis du RN

Tête de liste RN, Sébastien Chenu a réagi à la candidature du ministre de la Justice, y voyant «une provocation politicienne, obsessionnelle vis-à-vis du RN», ironisant sur «la grosse artillerie» mise en place par la majorité présidentielle.

Outre la volonté de porter un coup au RN, l’offensive Dupont-Moretti vise également à fragiliser Xavier Bertrand, candidat déclaré de droite dans la course à l’Elysée depuis le 13 avril. «Rien ne m’étonnerait de la part d’un président de la République aux abois», avait déjà anticipé Xavier Bertrand dans un entretien au Figaro le 6 mai, interrogé sur l’hypothèse Dupont-Moretti. «[Emmanuel Macron est] un calculateur froid, un destructeur», avait-il aussi fustigé.

«Je considère que les Hauts-de-France ne sont pas un prétoire, je comprends que Laurent Pietraszewski et La République en Marche ont besoin d’un avocat pour défendre leur bilan, mais le verdict ce sont les gens, c’est le scrutin», a pour sa part réagi Karima Delli, à la tête d’une liste d’union verts/gauche. 

Source à l’adresse RT France