Un ancien candidat de téléréalité reconverti en «influenceur musulman» sur Instagram

Suivi par plus de 800 000 personnes sur le réseau social, Dylan Thiry utilise sa notoriété d’ancien participant à des émissions télévisées pour organiser des séances de discussions et de conversions à l’islam, accompagné d’un imam rencontré à Dubaï.

Dylan Thiry aime les voitures de sport, les vêtements de luxe et sur son compte Instagram, suivi par plus de 800 000 personnes, la majorité des photographies qu’il publie – souvent torse nu près d’une piscine – colle à l’image classique d’un influenceur sur les réseaux sociaux. Mais cet ancien candidat de téléréalité a la particularité d’organiser des conversions en ligne à l’islam, et se définit désormais comme «influenceur musulman», comme il l’explique dans un long portrait du Parisien publié le 9 mai.

Devenu musulman à l’adolescence par, selon lui, «besoin de discipline», ce Luxembourgeois de 26 ans s’est d’abord fait connaître par des participations dans les programmes télévisés «Koh Lanta» en 2017 et «Les princes de l’amour» en 2018. Il a commencé à utiliser sa notoriété pour organiser à partir de 2019 des directs sur les réseaux sociaux où il prêche en compagnie d’un imam rencontré à Dubaï, aux Emirats arabes unis, où il s’est installé (comme beaucoup d’influenceurs de la téléréalité) peu avant la crise du Covid-19.

«Un frère musulman est venu me proposer de faire des lives avec un imam. Les mosquées étaient fermées. Je me suis dit : “Pourquoi pas” », raconte-t-il au quotidien francilien. Cet imam, Abed Meliani, est un Français de 35 ans qui se dit diplômé en «droit, laïcité, religions et société» à l’université de Nice, et propose des formations en ligne pour «apprendre à réciter en Arabe pour comprendre le Coran comme Allah l’a révélé».

L’audience de leurs directs peut culminer jusqu’à 14 000 spectateurs, et durant ces sessions, ils organisent des conversions – trente depuis le début du Ramadan –, au cours desquelles des internautes récitent la chahada, la profession de foi de l’islam. L’imam qui accompagne l’influenceur explique au Parisien craindre que des personnes curieuses de la religion musulmane «aillent se renseigner auprès de personnes avec une vision assez radicale ou extrême de l’islam», préférant de son côté une approche «du juste milieu», «qui s’adapte à son contexte et respecte les lois de la République».

Source à l’adresse RT France