Virer pour réembaucher moins cher. La mode en Angleterre !

Je vous avais parlé il y a quelques semaines de cette affaire chez British Gaz où ils licenciaient leurs techniciens pour leur proposer d’être ré-embauchés mais nettement moins cher avec un nouveau contrat !

Cette méthode est légale mais controversée au Royaume-Uni.

Cela a été le cas dans la compagnie aérienne British Arways mais aussi chez Asda un géant britannique des supermarchés.

Le mouvement lui continue.

« Actuellement, les chauffeurs de bus de Manchester, les travailleurs de l’usine de café Jacobs Douwe Egberts et les employés des centres de distribution Tesco sont en conflit ouvert au sujet de nouveaux contrats, dénoncés par les syndicats comme une tactique de licenciement ».

Licencier puis réembaucher n’est pas illégal au Royaume-Uni, mais le Premier ministre Boris Johnson a qualifié cette manœuvre « d’inacceptable ».

La France à l’abri ?

Pas vraiment !

Certes, chez nous, une telle méthode est illégale au premier abord et en premier lecture, mais ne vous inquiétez pas.

Les adaptations à la française sont très faciles à imaginer.

Il suffit par exemple de renégocier des accords sur les 35 heures, de faire un « referendum » d’entreprise, ou encore un accord, et vous verrez de plus en plus de sociétés revenir sur les RTT et jours de congés.

Cela a même déjà commencé.

La BNP par exemple qui vient de supprimer les RTT de ses collaborateurs en agence.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source AFP via BFM ici

Source à l’adresse Insolentiae