Google condamné à plus de 100 millions d’euros d’amende en Italie pour abus de position dominante

Le gendarme italien de la concurrence à infligé une amende de 102 millions d’euros au géant américain du numérique. En cause ? Son refus de proposer sur Google Play une application de recherche de bornes de recharge pour voitures électriques.

Ce 13 mai, l’Autorité de la concurrence italienne a annoncé infliger à Google une amende de plus de 100 millions d’euros pour abus de position dominante. 

Cette amende d’un montant exact de 102,084 millions d’euros est justifiée par le refus du géant de l’internet d’accepter sur sa plateforme Google Play une application tierce permettant de trouver des bornes de recharge pour les voitures électriques, précise un communiqué de l’Antitrust italien.

«A travers le système opérationnel Android et le magasin d’applications Google Play, Google détient une position dominante […] Il faut rappeler qu’en Italie environ les trois quarts des smartphones utilisent Android», explique l’Autorità Garante della Concorrenza e del Mercato (ACGM)

Selon une enquête du régulateur italien, Google n’a «pas autorisé» l’utilisation de l’application JuicePass – développée par le géant italien de l’énergie Enel – sur son système Android Auto qui permet à un véhicule de se connecter et d’obtenir de nombreux services. «JuicePass offre une large gamme de services destinés à la recharge des véhicules électriques qui vont de la recherche d’une borne de recharge à la gestion de la recharge en passant par la réservation d’une borne», poursuit l’AGCM.

Une application italienne en concurrence avec Google Maps

Cette application est en concurrence avec l’application Google Maps du géant américain qui ne permet pour le moment cependant que de chercher les bornes de recharge pour les véhicules électriques. «Google, en refusant à Enel X Italia […] de rendre disponible JuicePass sur Android Auto, a injustement limité les possibilités pour les utilisateurs de l’application d’Enel», estime l’AGCM, qui avait ouvert une enquête en mai 2019.

«L’exclusion  de l’application d’Enel X Italia d’Android Auto dure depuis plus de deux ans. La poursuite de cette conduite pourrait compromettre définitivement la possibilité pour Enel X Italia de construire une base solide d’utilisateurs à un moment où on enregistre une croissance significative des ventes de véhicules électriques», ajoute l’Antitrust. Dans ce contexte, le régulateur italien a également imposé à Google de mettre à la disposition d’Enel X Italia et d’autres développeurs d’applications «les instruments pour la programmation d’application fonctionnant sur Android Auto». Cette obligation sera contrôlée à l’aide d’un expert indépendant de l’Antitrust «auquel Google devra fournir toute la collaboration et les informations réclamées», conclut le communiqué.

Dans un communiqué publié le jour-même, Google s’est dit «respectueusement en désaccord avec la décision» de l’AGCM. «La priorité numéro 1 d’Android Auto est de garantir que les applications peuvent être utilisées en sécurité pendant la conduite. C’est pour cette raison que nous avons des lignes directrices strictes sur les types d’applications supportées», explique Google. Le groupe assure qu’il y a «des milliers» d’applications compatibles avec Android Auto et indique qu’il examinera la documentation de l’Antitrust italien pour «décider des prochaines actions».

Source à l’adresse RT France