«Que vos enfants bénissent votre combat» : les «démocrates musulmans» se présentent en Bretagne

Créée en 2012 en région parisienne, l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) présente pour la première fois une liste bretonne pour les régionales. En près d’une décennie, la formation politique a multiplié les initiatives électorales.

«Que vos enfants soient fiers de vous et bénissent votre combat» (27 avril), «Sanctionnez ceux qui utilisent la haine des musulmans pour se faire élire» (1er mai), «L’UDMF s’implante en Bretagne» (18 mai)… La formation politique créée en 2012 par le Français d’origine marocaine Nagib Azergui a fait part, à travers plusieurs publications sur les réseaux sociaux, de son engagement en amont des élections régionales, notamment en Bretagne.

Baptisée «Tous unis contre l’islamophobie, agir pour ne pas subir», la liste est menée par le Rennais Kamel Elahiar, ainsi que l’a rapporté Ouest-France le 17 mai. 

Ce n’est pas la première initiative électorale de l’UDMF qui, en près d’une décennie, a déjà présenté des listes à l’occasion de municipales ou encore aux régionales de 2015. En 2019, le parti de Nagib Azergui obtenait 0,13% des suffrages nationaux aux élections européennes.

Un parti communautaire ? 

Comme en témoignent plusieurs de ses récentes publications sur les réseaux sociaux, l’UDMF s’investit dans plusieurs combats comme celui contre la «loi séparatisme» ou encore pour la défense du port du hijab en public. Pour rappel, en amont des élections municipales de mars 2020, les préfets avaient signalé l’UDMF parmi des listes dites communautaires​. 

Sur son site, l’UDMF assure ne pas être «un parti confessionnel réservé aux Musulmans de France», expliquant vouloir «permettre aux Français, et notamment à ceux de confession musulmane, d’apporter une alternative dans la société française». Sur le plan stratégique, la formation politique revendique son engagement à travers deux batailles prioritaires : «L’une électorale, dans les urnes de la République pour marquer nos territoires» et «une autre, plus symbolique, sur le plan juridique, pour poursuivre systématiquement en justice tous ceux qui se permettraient de nous insulter et de colporter des mensonges à notre encontre».

La présence d’une liste UDMF en Bretagne a suscité des réactions, à l’instar de celle de Gilles Pennelle, tête de liste RN aux régionales bretonnes. «Preuve que l’immigration menace la Bretagne : pour la première fois, il y aura aux élections régionales des 20 et 27 juin une liste communautariste menée par un proche de l’Union des démocrates musulmans français. Avec nous, avant qu’il ne soit trop tard», a-t-il en effet écrit sur Twitter.

Réfutant les accusations de communautarisme, son fondateur, Nagib Azergui revendique un combat contre la «banalisation de l’islamophobie». 

Source à l’adresse RT France