Paris : manifestation au Trocadéro contre le pass sanitaire mis en place par le gouvernement

Un rassemblement a eu lieu au Trocadéro pour manifester contre la mise en place en France à partir du 9 juin d’un pass sanitaire conditionnant notamment l’accès à certains lieux publics. La veille, le Défenseur des droits avait émis des réserves.

Ce 22 mai s’est tenu à Paris une manifestation contre l’instauration d’un pass sanitaire visant, selon l’exécutif, à lutter contre la pandémie de Covid-19. Les manifestants se sont réunis à partir de 14h sur l’esplanade du Trocadéro à l’appel du collectif Ami entends-tu. Des personnalités telles que le vice-président centriste du Sénat Vincent Delahaye, le président du parti Les Patriotes Florain Philippot ou encore l’humoriste et militant Jean-Marie Bigard étaient au rendez-vous.

C’est un véritable danger qu’on se retrouve dans une société où ceux qui auront un pass sanitaire pourront vivre, et les autres [seront] exclus

Au micro de Jonathan Moadab, le reporter de RT France présent sur place, une manifestante a exprimé la raison de sa présence et ses craintes quant à la mise en place du pass sanitaire : «Le plus gros problème, c’est que plus personne n’est libre […] Moi je souhaite continuer à vivre et à faire ce que je veux. Et tant pis si je ne peux pas voyager […] Je préfère ma liberté de conscience plutôt que ma liberté d’aller et venir. Je ne participerai pas à cette mascarade».

«Quand on nous dit “c’est provisoire” : je ne crois plus au provisoire depuis un an, tout ce qui devait être provisoire est en train de devenir définitif […] C’est un véritable danger qu’on se retrouve dans une société où ceux qui auront un pass sanitaire pourront vivre, et les autres [seront] exclus», a déclaré une autre manifestante. 

Le pass sanitaire sera mis en place dès le 9 juin en France, et à partir du 1er juillet au niveau européen. Il contiendra un code QR indiquant que son titulaire a été vacciné, qu’il a passé un test PCR négatif, un test antigénique ou qu’il dispose d’une immunité après avoir été guéri par le Covid-19. Il permettra de voyager librement entre les différents pays membres de l’Union européenne, et d’accéder à des rassemblements de plus de 1 000 personnes en France.

Le Défenseur des droits, Claire Hédon, a émis le 20 mai des réserves concernant ce «passeport vert», notamment en ce qui concerne la gestion des données sanitaires et une potentielle discrimination concernant l’accès aux lieux publics. 

Source à l’adresse RT France