Un pas de plus vers la fuite du labo P4 de Wuhan

Comme je vous le disais il y a quelques jours dans un édito consacré à ce sujet, la « révélation » de la culpabilité de la Chine dans la pandémie mondiale est l’un des enjeux actuels de la géopolitique mondiale toujours très compliquée.

Un nouveau pas a été franchi aux Etats-Unis puisque le très complotiste (c’est ironique notamment à l’égard de tous les benêts qui hurlent au complotisme dès qu’une personne ose revendiquer que son cerveau est resté branché, du genre… un labo P4 travaillant sur les coronavirus dans la ville où il n’y a pas de chauve-souris mais des malades d’un nouveau coronavirus, n’y aurait-il pas un rapport ? Naaaaan complot !!!) Wall-Street Journal source ici, excusez du peu vient de titrer exactement sur ce sujet, en rapportant que dès novembre 2019, il avait fallu hospitaliser 3 chercheurs de l’institut de virologie de Wuhan qui étaient malades comme des chiens. Je n’ose pas dire comme des pangolins. En effet, il y a encore quelques benêts pour penser véritablement que nos misères sont liées à un pangolin trop gourmand qui aurait mangé une chauve souris.

« WASHINGTON-Trois chercheurs de l’Institut de virologie de Wuhan, en Chine, sont tombés suffisamment malades en novembre 2019 pour demander des soins hospitaliers, selon un rapport des services de renseignement américains non divulgué jusqu’à présent, qui pourrait donner plus de poids aux appels croissants en faveur d’une enquête plus complète sur la possibilité que le virus Covid-19 se soit échappé du laboratoire.

Les détails du rapport vont au-delà d’une fiche d’information du département d’État, publiée dans les derniers jours de l’administration Trump, qui indiquait que plusieurs chercheurs du laboratoire, un centre d’étude des coronavirus et d’autres agents pathogènes, sont tombés malades à l’automne 2019 « avec des symptômes correspondant à la fois au Covid-19 et à une maladie saisonnière commune. »

La divulgation du nombre de chercheurs, du moment où ils sont tombés malades et de leurs visites à l’hôpital intervient à la veille d’une réunion de l’organe décisionnel de l’Organisation mondiale de la santé, qui devrait discuter de la prochaine phase d’une enquête sur les origines du Covid-19.

Les fonctionnaires actuels et anciens qui connaissent les renseignements sur les chercheurs du laboratoire ont exprimé des opinions divergentes sur la force des preuves à l’appui de l’évaluation. Une personne a déclaré que ces renseignements avaient été fournis par un partenaire international et qu’ils étaient potentiellement importants, mais qu’ils nécessitaient encore une enquête plus approfondie et une corroboration supplémentaire.

Une autre personne a décrit les renseignements comme étant plus solides. « Les informations que nous avions en provenance des différentes sources étaient d’une qualité exquise. Elles étaient très précises. Ce qu’elles ne vous disaient pas, c’était la raison exacte pour laquelle ils étaient tombés malades », a-t-il déclaré, en faisant référence aux chercheurs ».

La pression monte sur l’OMS avant de monter sur la Chine.

Surveillez cette histoire comme le lait sur le feu. C’est évidemment potentiellement explosif.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source à l’adresse Insolentiae