Minsk accuse la France de «piraterie aérienne» pour avoir refusé son espace aérien à un avion

Le gouvernement biélorusse a reproché à la France d’avoir refusé son espace aérien à un avion biélorusse, quelques jours après le déroutage d’un avion de ligne vers Minsk où se trouvait un opposant au pouvoir du président Alexandre Loukachenko.

Ce 26 mai, Minsk a accusé la France de «piraterie aérienne» pour avoir refusé son espace aérien à un avion biélorusse effectuant une liaison Minsk-Barcelone, le forçant à faire demi-tour.

«C’est un fait absolument scandaleux et un acte immoral. Honnêtement, c’est pratiquement de la piraterie aérienne», a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la diplomatie biélorusse, Anatoli Glaz.

Fermeture de l’espace aérien polonais et sanctions européennes

Ce même 26 mai, le gouvernement polonais a annoncé interdire aux avions biélorusses d’entrer sur son territoire, dans le cadre des sanctions européennes liées au déroutage d’un avion de ligne vers Minsk, où se trouvait un opposant au pouvoir du président biélorusse Alexandre Loukachenko. «Le conseil des ministres s’est prononcé en faveur d’une interdiction d’entrée dans l’espace aérien polonais des avions utilisés par des compagnies du Belarus», a ainsi indiqué sur Twitter Piotr Muller, le porte-parole du gouvernement polonais.

Dès le soir du 24 mai, rapporte l’AFP, l’Union européenne avait adopté des sanctions contre la Biélorussie, fermant son espace aérien aux avions biélorusses et recommandant à toutes les compagnies européennes d’éviter les cieux du pays – un appel qui a été très suivi. L’Agence européenne de sécurité aérienne (EASA) a elle aussi recommandé d’éviter l’espace aérien de Biélorussie.

Détails à suivre…

Source à l’adresse RT France