Thierry Dubois fait (encore) revivre la N6 à Beaune

De passage à l’Athenæum de Beaune pour dédicacer son nouveau tome des Chroniques de la Nationale 7, le spécialiste des routes mythiques livre quelques uns de ses passages préférés de sa petite cousine la N6.

Garée face aux Hospices Civils de Beaune, la vénérable Ford 49 n’est pas passée inaperçue. Depuis lundi 24 mai, elle traverse la France, en empruntant feues les Nationale 6 et Nationale 7. Chaque jour, Thierry Dubois effectue une halte pour rencontrer les amoureux de ses aventures, les nostalgiques de la route des vacances, les passionnés d’anciennes. C’est à ce dessinateur et scénariste que l’on doit notamment Une Aventure de Jacques Gipar, série d’enquêtes policières dans la France des années 1950 ou Le Merlu, fresque historique de la France sous l’Occupation.

Et puis, comment l’oublier, il y a la voiture. Thierry Dubois est un spécialiste du patrimoine roulant, une mémoire vivante et médiatique de la N6 et de la N7… Il vient de faire paraître un nouvel opus des Chroniques de la Nationale 7, qui met à l’honneur la Côte-d’Or. Petite pause à l’Athenæum de Beaune ce mercredi 26 mai pour le présenter. De nombreux collectionneurs de voitures anciennes sont venus à sa rencontre. Nous avons relié Sens à la capitale des vins de Bourgogne en sa compagnie. Morceaux choisis.

Belle-Belle-Belle

« Entre Auxerre et Chalon, c’est la plus belle partie. Le tracé côte-d’orien de la Nationale 6, c’est la partie la plus sauvage, la plus variée. On monte, on descend, il y a un village tous les cinq kilomètres, on ne s’ennuie pas, c’est un ravissement permanent. Et là, arrivée dans le sud du département, c’est un enchantement. L’autoroute s’est ouverte ici dans les années 60-70, donc la route est comme restée figée dans le temps. Elle est terriblement authentique. »

La Rochepot et son château

« Le spot du château de la Rochepot, avec l’ancienne Nationale 6, est incontournable. Je recommande toujours aux gens de ne pas hésiter à quitter le tracé actuel pour prendre la N6 historique, avant la déviation, qui est aujourd’hui la D33 à La Rochepot.  En plus, on plonge sur le vignoble, c’est magique. » 

Bel Air

« Que rajouter sur Bel Air ? Un haut-lieu de la légendaire N6, avec son ancien motel immortalisé dans Le Cercle rouge (1970) de Melville. Bel Air parle à tant de monde, et pas seulement aux collectionneurs d’anciennes qui s’y retrouvent pour faire vivre le site. »

En passant par Saulieu

« Ce qui est amusant, c’est que Saulieu est quasiment à la même altitude que Bel Air. Ce sont les deux points culminants de la Nationale 6. Il y a toujours ce côté Morvan… Vous savez ce qu’on disait à l’époque. Les gens roulaient, ils avaient une crainte du Morvan, surtout l’hiver. Arrivé à Avallon, on demandait où était le Morvan, on vous répondait « Plus loin ! » À Saulieu, idem, « Ah c’est plus loin ! ». Et quand on était à Arnay-le-Duc, « Ah ben vous l’avez passé ! » C’est ce côté sauvage et désertique qui est très attachant. On peut rouler sans croiser quelqu’un  pendant de longs moments. »

Cussy-la-Colonne

« Pour le plaisir, juste un petit écart à Cussy-la-Colonne, la colonne romaine. On est là en pleine campagne, et on trouve un vestige romain dont l’accès est gratuit et facile. C’est génial ce genre de passage, souvent je m’arrête rien que pour aller voir cette colonne extraordinaire qui a presque 2000 ans. »     


> Plus d’anecdotes dans Chroniques de la Nationale 7 – Tome 2 / Par tous les temps.
Dessin par Thierry Dubois et Romain Blais
Album de 48 pages, 14€
Paru le 14 avril 2021 aux Collections Calandre – Editions Paquet

Source à l’adresse Dijon/Beaune, le mag