Interdiction de survol de ciel biélorusse : pour Moscou, l’Occident «met en danger» les passagers

La diplomatie russe a condamné les décisions européennes de contourner le ciel biélorusse, en réaction au détournement vers Minsk d’un avion de ligne dans lequel se trouvait un journaliste et opposant.

Alors que l’Union européenne a recommandé aux compagnies aériennes de contourner le ciel biélorusse, la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a dénoncé un comportement «irresponsable mettant en danger la sécurité des passagers» de la part des Occidentaux.

Il est temps que Bruxelles apprenne à prendre des mesures qui soient véritablement faites pour la sécurité des citoyens

«[La fermeture des] parcours de centaines de vols […] crée des problèmes colossaux aux citoyens», a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères sur Facebook, ajoutant : «Il est temps que Bruxelles apprenne à prendre des mesures qui soient véritablement faites pour la sécurité des citoyens.»

L’UE a formulé une telle recommandation – largement suivie –  après la décision biélorusse le 23 mai d’envoyer un chasseur dans le ciel et de «recommander» à un vol Athènes-Vilnius de la compagnie Ryanair d’atterrir à Minsk, faisant valoir une alerte à la bombe attribuée au Hamas. Le mouvement islamiste palestinien, de son côté, a démenti avoir le moindre rapport avec la menace avancée par les autorités biélorusses.

A bord de l’avion qui a été dérouté se trouvait le journaliste et opposant biélorusse Roman Protassevitch et sa compagne Sofia Sapega (de nationalité russe), qui ont été interpellés.

L’UE accuse Minsk d’avoir prétexté cette alerte à la bombe pour arrêter le journaliste et opposant. La Russie estime pour sa part que la Biélorussie, qui assure avoir agi de bonne foi, s’est efforcé de faire preuve de transparence et que les sanctions européennes sont prématurés tant qu’aucune enquête n’est arrivé à sa conclusion.

Le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a quant à lui demandé une enquête transparente et indépendante sur ce qu’il a qualifié d’«incident troublant», tandis que le G7 a exigé la «libération immédiate» de Roman Protassevitch.

Détails à suivre…

Source à l’adresse RT France