Macron menace de retirer les militaires français si le Mali s’enfonce dans l’islamisme

La question d’un retrait de l’armée française du Mali «se pose» après le nouveau coup d’Etat à Bamako et dans l’éventualité de négociations entre les militaires et les islamistes, a déclaré Emmanuel Macron dans un entretien au JDD.

Emmanuel Macron a affirmé que la France retirerait ses troupes si le Mali allait «dans le sens» d’un islamisme radical, dans un entretien au JDD publié ce 30 mai, après un deuxième coup d’Etat en neuf mois.

La France, avec environ 5 100 hommes au sein de l’opération Barkhane, soutient le Mali qui fait face depuis 2012 à une poussée djihadiste partie du nord, ayant plongé le pays dans une crise sécuritaire avant de s’étendre au centre du pays. Mais Paris, comme l’UE, a dénoncé le 25 mai un «coup d’Etat inacceptable» après l’arrestation du président Bah N’Daw et du Premier ministre Moctar Ouane décidée par l’homme fort du pays, le colonel Assimi Goïta. 

«Au président malien Bah N’Daw, qui était très rigoureux sur l’étanchéité entre le pouvoir et les djihadistes, j’avais dit : “L’islamisme radical au Mali avec nos soldats sur place ? Jamais de la vie !” Il y a aujourd’hui cette tentation au Mali. Mais si cela va dans ce sens, je me retirerai», a mis en garde le président français, dans un entretien au JDD à l’occasion d’un voyage au Rwanda et en Afrique du Sud. 

Nous n’avons pas vocation à rester éternellement là-bas

Le chef d’Etat français affirme également avoir «passé le message» aux dirigeants d’Afrique de l’Ouest qu’il «ne resterait pas aux côtés d’un pays où il n’y a plus de légitimité démocratique ni de transition». Il rappelle avoir dit depuis trois ans «au sein de plusieurs Conseils de défense que nous devions penser à la sortie». 

Les dirigeants ouest-africains se réunissent ce 30 mai pour trancher la question épineuse de leur réponse au double putsch des militaires maliens en neuf mois. Au sommet du G5 Sahel à Pau en janvier 2020, «j’ai préparé un chemin de sortie. Je suis resté à la demande des États, parce que je pensais que la sortie était un point de déstabilisation. Mais la question se pose, et nous n’avons pas vocation à rester éternellement là-bas», a répété Emmanuel Macron.

Concernant le Tchad, où un Conseil militaire de transition (CMT) est présidé par l’un des fils d’Idriss Déby, Mahamat, après sa mort brutale en avril, Emmanuel Macron estime que «les choses sont claires». «Nous venons au secours et en soutien d’un État souverain pour qu’il ne soit pas déstabilisé ou envahi par des groupements rebelles et armés. Mais nous demandons la transition et l’inclusivité politique», assure-t-il. 

«L’équivalent d’un plan Marshall» pour le continent africain

Il explique que lorsqu’il s’est rendu aux obsèques d’Idriss Déby, il a eu «un long échange» avec Mahamat Déby à la veille du G5 Sahel. «Le lendemain matin, avec les autres chefs d’État, nous sommes allés le voir pour lui demander cette ouverture politique avec le soutien de l’Union africaine», a poursuivi le président français.

Emmanuel Macron met aussi en garde contre un échec d’une politique de développement en Afrique. «Je le dis avec lucidité, si on est complices de l’échec de l’Afrique, on aura des comptes à rendre mais on le paiera cher aussi, notamment sur le plan migratoire», estime-t-il. Il réaffirme qu’il faut donc «investir massivement» au sortir de la pandémie de Covid-19 «avec l’équivalent d’un plan Marshall», et que la communauté internationale doit avoir «la générosité de dire qu’on efface une partie de la dette pour aider les Africains à bâtir leur avenir».

Source à l’adresse RT France