Russie : classé «agent de l’étranger», le média VTimes annonce sa fermeture

Le média russe VTimes, enregistré aux Pays-Bas, vient d’annoncer sa fermeture en Russie après avoir été classé «agent de l’étranger» par les autorités du pays. L’exécutif a fait valoir que l’Etat n’avait pourtant pas limité l’activité de ce média.

Le média VTimes a annoncé le 3 juin sa fermeture par crainte de poursuites judiciaires après avoir été classé en mai dernier par la justice russe «agent de l’étranger», car enregistré aux Pays-Bas. En Russie, les organisations ou individus considérés par la justice comme «agents de l’étranger» doivent, selon une loi de 2012, s’enregistrer auprès des autorités, effectuer des démarches administratives régulières et indiquer clairement ce statut dans leurs publications.

Dans un communiqué, la rédaction de ce média a indiqué avoir étudié plusieurs possibilités pour poursuivre son existence malgré la décision des autorités russes qui a fait fuir, selon elle, les annonceurs.

«Dans chaque scénario, il y avait un risque de poursuite criminelle contre les employés du journal avec de potentielles privations de liberté», écrit la rédaction dans son communiqué. Elle ajoute que ce statut d’«agent de l’étranger» a «brisé» son modèle économique en la mettant en difficulté avec les annonceurs sans que les donations des lecteurs ne soient suffisantes pour continuer. Ce statut l’a aussi privée de certaines sources, précise-t-elle : «Des fonctionnaires, des hommes d’affaires et même des analystes ont peur de parler à “un agent de l’étranger”».

Un statut qui ne limite pas «les activités de ce média», selon le ministère des Affaires étrangères

Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré à RT à propos de ce média que «personne ne l’a[vait] fermé», ajoutant qu’il pouvait «travailler en toute tranquillité.». Quant aux difficultés de financement que Vtimes impute à son classement en tant qu’«agent de l’étranger», la diplomate balaie l’argument et évoque une autre hypothèse à propos des annonceurs : «Peut-être sont-ils gênés que ce média ait d’autres sources de revenus, qu’ils auront désormais l’obligation de montrer au monde entier ?» Et de faire valoir, enfin, que cette fermeture ne découlait pas du fait que «l’Etat limite d’une manière ou d’une autre les activités de ce média.»

«VTimes est poussé dans la niche des médias d’opposition. Mais nous avions imaginé et fait un tout autre média», regrette pour sa part la rédaction, indiquant que la fermeture effective aurait lieu le 12 juin, un jour férié en Russie célébrant l’indépendance du pays. 

La loi de 2012 sur la qualification des «agents de l’étranger» prévoit un enregistrement spécifique des organisations russes «qui reçoivent de l’argent ou d’autres biens de pays étrangers, d’organes d’Etat, d’organisations internationales et étrangères, de citoyens étrangers, et qui participent à l’activité politique sur le territoire russe». L’un des auteurs du texte, Alexandre Sidiakine, député à l’époque, avait fait valoir que ses dispositions «vis[aient] à assurer la transparence [de ces organisations] sur leur fonction d’agent de l’étranger et à mettre ces informations à la disposition des citoyens russes».

Entre autres exemples récents liés à cette loi : le média Radio Svoboda, financé par le Congrès américain, a écopé ces derniers mois de lourdes amendes pour n’avoir pas indiqué ce statut. 

Source à l’adresse RT France