La reprise américaine pénalisée par… le manque de travailleurs !

Aux Etats-Unis, l’activité des entreprises peine à repartir car les travailleurs manquent, d’ailleurs le mois dernier alors que le marché attendait 720 000 créations d’emplois il n’y en a eu que 266 000, soit un très mauvais résultat !

« Primes, salaires plus élevés, télétravail… Les entreprises américaines tentent de séduire les travailleurs, les difficultés à recruter limitant leur reprise d’activité, selon une enquête de la Banque centrale (Fed) publiée mercredi, deux jours avant les chiffres des créations d’emplois et du chômage.
« Il est difficile pour de nombreuses entreprises d’embaucher de nouveaux travailleurs, en particulier des travailleurs à bas salaires horaires, des chauffeurs (…) et des commerciaux qualifiés », souligne la Banque centrale américaine dans son Livre beige, une étude réalisée auprès des entreprises entre la mi-avril et le 25 mai.

« Le manque de candidats à l’emploi a empêché certaines entreprises d’augmenter leur production », les contraignant même parfois « à réduire leurs heures d’ouverture », détaille la Fed.

Ce rapport est de mauvais augure à deux jours de la publication de celui sur l’emploi de mai. Les analystes attendent 720.000 créations d’emplois et une petite baisse du chômage à 5,9 %, mais la forte déception du mois d’avril est encore dans toutes les têtes : 266 000 emplois seulement avaient été créés, contre un million attendu ».

Quelles sont les causes de ce manque de main-d’œuvre ?

Il est multifactoriel.

Il y a bien évidemment les aides exceptionnelles qui permettent de maintenir des droits au chômage ce qui incite beaucoup d’Américains à rester chez eux dans un pays où l’on n’a pas franchement l’habitude des aides sociales. D’ailleurs la moitié des Etats US va dès le mois de juin en cours couper les aides complémentaires pour inciter vers le retour à l’emploi.

Il y a aussi les écoles toujours ouvertes à temps partiel ou fermées et donc les problèmes de garde pour les enfants toujours persistants.

Enfin, la pandémie a changé aussi le rapport au travail, profondément, ainsi que mise au centre la volonté de télétravailler afin de mieux choisir sa localisation et la qualité de vie qui va avec.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source AFP via Boursorama.com ici

Source à l’adresse Insolentiae