« Panne des numéros d’urgence, le naufrage français se poursuit ! » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Vous assistez depuis maintenant au moins 20 ans au démantèlement en règle de notre pays et de ce qui en faisait son architecture et sa colonne vertébrale. Un pays ce n’est pas qu’une administration et une population. Un pays, c’est bien plus que cela et sans même rentrer dans ce qui fait l’âme des nations idée que je préfère nettement à l’identité nationale, un pays, c’est aussi une structure, une organisation, des moyens, des techniques et au bout de la chaîne des gens, hommes et femmes qui le font tourner. Pour qu’un Etat dispose de moyens, figurez-vous qu’il faut qu’il dispose de… moyens ! Sacrée lapalissade. Il faut qu’un Etat soit « armé », équipé, pourvu.

L’objectif à peine inavoué des générations de mamamouchis qui nous ont dirigés à l’insu de notre plein gré est de démanteler ce qui fait la puissance de l’Etat français pour organiser l’impuissance de la France.

En organisant l’impuissance de la France, on espère qu’un jour le peuple, lassé, appelle à la puissance de l’Europe.

C’est dans ce rêve européen que réside le cauchemar de notre pays et donc des nations.

Depuis 20 ans, nous démantelons tout ce qui fonctionnait.

EDF ? Démantelé.

France Telecom ? Démantelé.

SNCF ? Démantelé et désormais on joue à et si les trains étaient privés… Aucun pays n’a réussi à laisser au privé les lignes de chemins de fer, car cela demande beaucoup trop de capitaux, en fait les trains ne sont jamais vraiment rentables. C’est un service public. Pas un marché privé.

L’éducation aussi est en train de se faire privatiser, la santé, tout y passe, même la police puisque désormais, ce sont des sociétés privées qui font rouler les voitures appelées « sulfateuses à PV ».

Alors évidemment tout s’effondre, tout marche de moins en moins bien car, en fait, tout le monde s’en fiche que cela marche ou pas.

Le seul objectif c’est le profit à court terme pour le prochain trimestre en bourse !

Il s’agit de la plus grande destruction des nations jamais organisée en période de paix et autrement que par la guerre.

Il s’agit de la plus grande trahison des peuples par ses élites corrompues, massivement et partout.

Il s’agit du plus grand hold-up en bande organisée par quelques centaines d’hyper-milliardaires.

Alors il est logique que tout s’effondre, et tout cela était prévisible. Partout. Dans tous les secteurs.

Nous avons ouvert les frontières aux produits des pays low-cost. Il était prévisible que nous perdions nos usines.

Nous allons ouvrir nos frontières aux voitures électriques chinoises. Il est prévisible que nous perdions nos usines de voitures !

Nous avons ouvert à la concurrence l’électricité ? Ses prix explosent et les infrastructures ne suivent plus.

Nous avons ouvert à la concurrence la SNCF. Il n’y a plus rien qui fonctionne et la SNCF est un naufrage industriel. Aucun cheminot français ne tiendrait une journée au Japon.

Partout vous contemplez ce désastre.

Jusqu’à hier, où nous ne pouvions plus appeler les pompiers ou la police !

60 % de dépenses publiques. 60 !!!

Une dette de 130 % du PIB.

Des déficits de 10 % du PIB.

Des milliards d’euros dépensés chaque année.

Et nous ne sommes même plus capables de maintenir une infrastructure telecom digne de ce nom.

Il n’y a là rien d’isolé.

Cela fait deux ans, que chez mois, le fil de la ligne aérienne qui me « donne » l’ADSL est défectueux. Deux ans sans internet ni téléphone dès qu’il y a du vent, de l’orage, de la pluie, ou une tourterelle qui a l’excellente idée de se poser sur le fil et de le faire bouger. Deux ans, et rien. Des appels, des courriers, rien, tout le monde s’en fout, plus personne ne sait quoi faire et déplacer une nacelle c’est trop cher… on ne monte plus à l’échelle. Pas grave, faites des signaux de fumée, mais en haut débit !!!

Panne des numéros d’urgence : « Cet incident était prévisible », déplore le porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France

Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des médecins urgentistes de France, dénonce un accident qui aurait pu être anticipé, et pointe l’État, qui n’a pas pris « ses responsabilités » dans cet article très juste de France Info ici.

« Ce qui domine aujourd’hui chez nous, c’est une grande colère, parce que cet incident était prévisible. Depuis de nombreuses années, nous insistons sur le fait qu’avec la multiplication des opérateurs, la libéralisation des télécommunications, nos systèmes ne sont pas sécurisés. D’autre part, ils ne sont pas dimensionnés à la hauteur de ce qu’on souhaite. En 2015, lors des attentats, les standards avaient été saturés. On nous avait promis des améliorations qui n’ont pas été mises en œuvre. Lors de la première vague de l’épidémie du coronavirus, en 2020, la ministre de la Santé de l’époque, Agnès Buzyn, a incité l’ensemble de la population à appeler le 15. Moi, j’étais de garde ce jour-là. A 20 heures, elle passe au journal télévisé, à 22 heures, notre standard explose. On a un système qui n’est absolument pas sécurisé. On a libéralisé les télécoms, nous n’avons plus d’opérateurs d’État unique, et on n’a absolument pas géré le fait qu’en cas d’incident, il nous fallait un système de secours. Ce système de secours n’existe pas aujourd’hui, donc il va falloir investir. Il y a un sous-investissement dans les services publics essentiels que sont le 15, le 18 et le 17 ».

Une panne de cette ampleur était-elle prévisible ?

« Oui, elle était prévisible. Je le répète depuis des années. J’ai vécu la période de France Télécom, des PTT, d’un opérateur public unique. C’était notre interlocuteur, nous pouvions discuter avec lui de la sécurisation de notre système. Aujourd’hui, nous avons plusieurs opérateurs, quatre grands opérateurs, c’est très compliqué pour nous. Et l’Etat n’a pas pris ses responsabilités et n’a pas imposé à ces opérateurs des investissements pour assurer la sécurité des secours de la population. Aujourd’hui, le système téléphonique est piloté par informatique. On sait que l’informatique nous apporte de grands bénéfices, mais que ce sont des systèmes fragiles et qu’il faut absolument, pour des missions qui sont des missions essentielles pour la population, s’assurer d’une sécurisation du système. Et pour cela, il faut des investissements lourds. Mais entre l’Etat qui nous demande des économies et des opérateurs téléphoniques qui ne pensent qu’à gagner les parts de marché, on ne sécurise pas les numéros essentiels pour la sécurité de la population. Et ça, c’est scandaleux ».

Christophe Prudhomme a raison. Totalement.

Mais l’Etat se fiche de la population comme d’une guigne, d’ailleurs si les mamamouchis pouvaient ne pas avoir de population à diriger cela les arrangeraient dans une large mesure.

La réalité c’est que l’Etat ne prend pas soin des gens, la réalité, c’est que l’Etat, monstre froid maltraite la population dont il devrait prendre soin.

Ce qui se passe avec la pandémie, les mensonges sur les masques, sur la dangerosité du virus, sur les traitements, sur les effets secondaires des vaccins, du nuage de Tchernobyl à toutes les carabistouilles publiques, l’Etat ne suit jamais le bien des gens mais son intérêt.

Et son intérêt c’est faire émerger l’Europe et pour construire les Etats-Unis d’Europe, il faudra réduire au rang de simple province ce que l’on appelait autrefois des nations.

C’est ce qu’a fait avec une immense réussite Emmanuel Macron dernier avatar d’un système. La destruction de l’ENA ou de la préfectorale, participe de cette même nécessité et volonté de destruction de ce qui fait fonctionner notre pays.

C’est pour cette raison que nous nous effondrons.

Une fois détruit tout ce qui marche, il ne faut pas s’étonner que plus rien ne marche.

Ce que je voulais vous dire avant tout, c’est que c’est volontaire. C’est voulu.

Vive la France.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire [email protected]
Pour écrire à ma femme [email protected]

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source à l’adresse Insolentiae