Echanges stratégiques et annonces d’ampleur : que retenir du Forum économique de Saint-Pétersbourg ?

L’édition 2021 du Forum économique de Saint-Pétersbourg, consacrée à l’«après Covid-19», a débouché sur la signature de 800 accords pour un montant de 44 millions d’euros. Vladimir Poutine s’est exprimé sur plusieurs sujets internationaux.

Le Forum économique de Saint-Pétersbourg s’est déroulé du 2 au 5 juin et s’est intéressé tout particulièrement, cette année, aux nouvelles réalités économiques engendrées par la pandémie de Covid-19. Plus globalement, l’édition 2021 du forum a permis des discussions consacrées à la reprise économique et la coopération internationale, la transformation du commerce mondial, l’efficacité des entreprises pendant la pandémie, le marché mondial de l’énergie, la reprise du marché alimentaire et la durabilité des systèmes de santé nationaux.

Près de 13 000 participants, dont 3 000 membres de délégations étrangères, ont assisté aux événements, selon le comité d’organisation. Contexte de pandémie oblige, ce nombre était inférieur à celui de l’édition précédente du forum, à laquelle avaient participé 19 000 personnes.

«1 100 entreprises russes et étrangères ont participé [au Forum], 800 d’entre elles étaient représentées par des cadres supérieurs», a à ce propos fait savoir le vice-président du comité d’organisation, Anton Kobiakov. «Au total, des représentants de 140 pays sont venus [assister au forum], et nous avons de nouveau confirmé le slogan de cette édition : “Nous sommes à nouveau ensemble !”», s’est-il encore félicité.

Au total, 347 sessions d’une durée totale de 431 heures ont eu lieu. Plus de 800 accords ont été signés – pour un montant total de 3 900 milliards de roubles (soit 44 milliards d’euros) –, dont 165 accords impliquant des partenaires étrangers.

Des tables rondes thématiques

Entre autres concertations organisées durant le forum, une table ronde franco-russe s’est tenue le 3 juin autour des thèmes du développement durable et de la «numérisation urbaine». Parkings «intelligents», systèmes d’éclairage ou encore vidéosurveillance étaient au menu de ces discussions, qui ont notamment réuni l’ambassadeur de France en Russie Pierre Lévy, le ministre russe du Développement économique Maxime Rechetnikov, le directeur général de la compagnie des chemins de fers russes Oleg Belozerov, le président de la Chambre de commerce et d’industrie franco-russe Emmanuel Quidet, le représentant du Medef International en Russie Philippe Pégorier et le président d’Auchan Russie Philippe Brochard.

Une autre table ronde, sur le thème de la coopération économique entre le continent africain et la Russie, était organisée le même jour, plus d’un an et demi après le premier sommet Russie–Afrique à Sotchi. Des hommes d’affaires russes et africains étaient invités à parler projets économiques et investissements – avec en ligne de mire un prochain sommet russo-africain prévu pour 2022.

Du nouveau pour Nord Stream 2 et Spoutnik V

Parmi les informations importantes dévoilées dans le cadre du Forum, Vladimir Poutine a annoncé le 4 juin la pose de la première ligne du gazoduc Nord Stream 2, dont l’objectif est de garantir l’approvisionnement en gaz russe de l’Europe occidentale via la mer Baltique. «Je suis heureux de vous annoncer qu’aujourd’hui […] la pose de la première branche du gazoduc Nord Stream 2 a été achevée avec succès. Les travaux liés à la pose de la deuxième branche se poursuivent», a-t-il notamment déclaré.

Nord Stream 2 fait l’objet d’une intense hostilité de la part de Washington, qui désapprouve l’accroissement de partenariats de ce genre entre la Russie et l’Europe, potentiellement nuisibles aux approvisionnements énergétiques européens en provenance des Etats-Unis.

Autre annonce d’importance majeure : le chef d’Etat russe Vladimir Poutine et son homologue argentin Alberto Fernandez ont donné le coup d’envoi de la production du vaccin Spoutnik V en Argentine. «Dimanche prochain, un avion partira à Moscou pour ramener le principe actif afin que la production puisse commencer immédiatement en Argentine», a en effet déclaré Alberto Fernandez le 4 juin. S’il est à ce jour approuvé dans plus de 65 pays, le vaccin russe n’a pour l’heure pas reçu le feu vert des Etats-Unis et de l’Union européenne.

Diplomatie, économie, environnement… Poutine s’est exprimé sur de nombreux sujets

Au cours de la séance plénière – qui a notamment vu s’exprimer le chancelier autrichien Sebastian Kurz, ainsi que le président brésilien Jair Bolsonaro – le président russe a eu l’occasion d’évoquer plusieurs dossiers en matière de politique étrangère. Il est entre autres revenu sur les relations mouvementées qu’entretiennent ces dernières années Moscou et Washington. «Ce n’est pas nous qui avons mis les relations russo-américaines dans leur état actuel. Nous n’avons pris aucune mesure en premier pour porter préjudice aux relations russo-américaines. Ce sont les Etats-Unis qui ont imposé et continuent d’imposer des sanctions contre nous, pour le moindre prétexte et même sans aucun prétexte, uniquement parce que nous existons ! Mais il faudra s’y faire : la Russie a existé, existe et continuera d’exister», a-t-il notamment déclaré en référence aux sanctions américaines qui visent son pays, auxquelles Moscou a répondu par des contre-sanctions.

Sur le volet de l’environnement, le chef d’Etat russe a tenu à réaffirmer l’engagement de son pays face aux «risques et menaces dans ce domaine». «Nous avons souvent entendu dire que la Russie n’était prétendument pas très intéressée par la résolution des problèmes environnementaux mondiaux. Je peux le dire d’emblée : c’est du non-sens, c’est un mythe, voire une nette déformation [des faits]», a-t-il affirmé.

Vladimir Poutine s’est également exprimé sur le programme de développement nucléaire nord-coréen, en rappelant son opposition catégorique à la prolifération des armes de destruction massive mais aussi en insistant sur le fait que la solution ne devait pas être fondée sur l’étranglement de la Corée du Nord à coups de sanctions. «Il faudrait créer les conditions qui garantiraient la sécurité des Nord-Coréens», a déclaré le président russe.

Autre domaine largement abordé pendant le forum : l’économie. Sur ce volet, le président de la Russie a par exemple mis en garde contre la dépendance à la devise américaine, à travers laquelle s’effectuent des transactions d’ordre stratégique. «Les Etats-Unis utilisent le dollar pour toutes sortes de sanctions», a-t-il rappelé avant de plaider en faveur d’échanges dans d’autres monnaies nationales. Une position qui n’est pas sans rappeler le poids du dollar dans les échanges russo-européens, notamment dans le secteur énergétique.

Au fil des événements qu’elle a accueillis, l’édition 2021 du forum économique de Saint-Pétersbourg a été l’occasion pour RT France de s’entretenir avec des interlocuteurs du monde entier, comme par exemple le Premier ministre de la République centrafricaine, Firmin Ngrebada, qui a analysé les nombreuses «potentialités» de son pays comme par exemple l’or, le diamant, l’uranium, le pétrole ou le bois. RT France a également eu l’opportunité d’échanger avec Emmanuel Quidet, président de la Chambre de commerce et d’industrie France-Russie, sur le thème : «Quel climat économique pour les entreprises françaises et russes ?»

Source à l’adresse RT France