Un tract du RN qui «stigmatise» les mineurs isolés signalé à la justice par un collectif d’avocats

Sur ce tract diffusé pour les élections départementales, le RN affirme que les mineurs isolés sont «responsables de l’explosion de l’insécurité». Une centaine d’avocats ont saisi plusieurs parquets pour «incitation à la discrimination et à la haine».

110 avocats ont saisi la justice le 4 juin à propos d’un tract du Rassemblement national qui «stigmatise» selon eux les mineurs isolés étrangers, les assimilant à des «délinquants». Le collectif a demandé aux procureurs de Nanterre, Versailles et Créteil d’agir contre cette «incitation à la discrimination et à la haine».

Pour ces avocats, le prospectus constitue une «provocation à la discrimination, à la haine à l’égard de ces mineurs en raison de leur origine», a résumé auprès de l’AFP Emmanuel Daoud, co-rédacteur du signalement qui cite notamment l’article 24 de la loi du 29 juillet 1881. Le tract «stigmatise les mineurs isolés comme des délinquants qui coûteraient cher aux collectivités départementales au détriment des Français», a-t-il dénoncé. 

Sur ce tract diffusé en vue des élections départementales, le RN affirme que les mineurs isolés sont «responsables de l’explosion de l’insécurité» et coûtent trop cher à l’Etat. «Plutôt que de financer les mineurs isolés étrangers, […] nous investirons davantage dans l’éducation de nos enfants, le bien-être de nos aînés et l’insertion des personnes en situation de handicap», est-il aussi expliqué.

Le 31 mai, la Licra avait déjà indiqué vouloir porter l’affaire en justice après avoir dénoncé l’un de ces tracts distribué à Bonneval, en Eure-et-Loir. 

La fédération RN du département a répondu au site actu.fr que  «de multiples chiffres officiels démontrent que les migrants provoquent une augmentation de l’insécurité, notamment les faux mineurs isolés». «Nous assumons constater que les migrants entraînent une augmentation de l’insécurité même si évidemment tous les migrants ne commettent pas des actes d’insécurité. La Licra devrait justement être de notre côté pour dénoncer ces violences afin d’y mettre fin», ajoute l’antenne locale du parti.

Du côté des avocats qui attaquent ces tracts, Me Daoud a déclaré que «les procureurs doivent agir», estimant qu’il «n’est pas possible que le discours de haine soit banalisé dans l’espace public». Les parquets saisis doivent encore décider s’ils ouvrent une enquête.

Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, s’est félicité de cette initiative sur Twitter en écrivant : «Face à la démagogie raciste du RN, le recours bienvenu des avocats.» 

Source à l’adresse RT France