Marine Le Pen accuse l’Elysée d’avoir choisi le rappeur Youssoupha pour l’hymne des Bleus

Interrogée sur le choix de l’hymne de l’équipe de France de football – une chanson du rappeur Youssoupha, qui l’avait insultée par le passé – Marine Le Pen croit savoir que «c’est à l’Elysée qu’il a été choisi».

Interrogée le 6 juin dans le cadre du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, la présidente du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen s’est exprimée sur le choix fait par la Fédération française de Football (FFF) d’opter pour une chanson du rappeur Youssoupha, pour accompagner l’annonce de l’équipe de France de football dans le cadre de l’Euro 2020.

«J’ai rien à répondre à Monsieur Youssoupha qui représente lui-même. […] Moi, j’ai à dire quelque chose à ceux qui ont choisi Monsieur Youssoupha et comme ce n’est pas le président de la FFF, j’en conclus que c’est à l’Elysée qu’il a été choisi», a déclaré la présidente du RN, soulignant pour étayer son propos que des ministres étaient «montés au créneau pour défendre ce choix». 

Marine Le Pen a par ailleurs dénoncé les propos qui ont été tenus sur elle-même ou sur le journaliste Eric Zemmour par Youssoupha comme étant «inadmissibles», se demandant quelle était l’image que l’on voulait «donner à la jeunesse».

Le rappeur avait tenu par le passé des propos outranciers contre la présidente du RN dans l’une de ses chansons en écrivant : «Ma semence de nègre fout en cloque cette chienne de Marine Le Pen.» Il s’en était également pris au chroniqueur Eric Zemmour en chantant : «A force de juger nos gueules, les gens le savent, qu’à la télé souvent les chroniqueurs diabolisent les banlieusards, chaque fois que ça pète on dit qu’c’est nous, j’mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Eric Zemmour.»

Le polémiste et éditorialiste avait d’ailleurs porté plainte pour «menaces de crimes et injure publique» contre Youssoupha mais en juillet 2012, Eric Zemmour avait perdu devant la cour d’appel qui avait jugé que les mots du rappeur «n’excédaient pas les limites admissibles en matière de liberté d’expression artistique». 

La FFF prend ses distances, Youssoupha s’agace que le RN «dicte» l’agenda des débats

Le 19 mai, la FFF avait dévoilé la liste des 26 joueurs sélectionnés pour l’Euro 2020 ainsi que l’hymne de l’équipe de France pour cette compétition, la chanson «Ecris mon nom en bleu» signée par le rappeur Youssoupha. Dans un entretien paru dans Le Parisien du 27 mai, le président de la Fédération française de football Noël Le Graët s’était détaché de ce choix en estimant que l’annonce de la liste des 26 Bleus pour l’Euro n’aurait pas dû être accompagnée d’une chanson devenue polémique. D’après le responsable du football français, cette chanson ne sera d’ailleurs pas retenue comme chanson officielle de l’équipe de France.

Interrogé le 3 juin dans l’émission «Quotidien» diffusée sur TMC sur cette polémique qu’il n’avait pas souhaité commenter jusqu’à présent, Youssoupha a trouvé «agaçant» que le Rassemblement national «dicte un peu l’agenda des débats et de ce qu’il faut dire, des thématiques». «Au début, c’était comme ça accidentel et tout ça, et maintenant ça devient la norme. Alors eux, ils peuvent jouer de cette ficelle-là, mais après, le reste du spectre, c’est-à-dire les médias, les acteurs politiques, les observateurs ne sont pas obligés de tomber dans cet agenda-là», a-t-il déclaré.

Source à l’adresse RT France