«Nous allons reprendre la Maison Blanche plus tôt que vous ne le pensez», assure Trump

Pour sa première apparition télévisée depuis des mois, Donald Trump s’est voulu optimiste sur l’avenir de son parti. Dans une courte vidéo publiée le jour même, il a évoqué le fait de «reprendre la Maison Blanche plus tôt» que certains ne le pensent.

S’exprimant le 5 juin à l’occasion de la convention du Parti républicain de Caroline du Nord, Donald Trump a apporté son soutien à sa formation politique en amont des élections sénatoriales américaines qui auront lieu en novembre 2022.

Nous allons reprendre la Maison Blanche, et plus tôt que vous ne le pensez !

Battu par son rival démocrate Joseph Biden au mois de novembre 2020, le 45e président des Etats-Unis s’est montré très optimiste concernant l’avenir de son parti. «Nous allons reprendre le Sénat, reprendre la Chambre, nous allons reprendre la Maison Blanche, et plus tôt que vous ne le pensez, ça va être quelque chose de spécial !», a-t-il entre autres déclaré dans une vidéo publiée le jour même, qui a cumulé en quelques heures à peine, plusieurs centaines de milliers de vues sur Twitter, d’où il a été banni après les événements du 6 janvier au Capitole.

Ainsi que l’a rapporté l’AFP, Donald Trump donnait ce 5 juin son premier discours télévisé depuis des mois. Un discours d’une heure et demie durant lequel il est notamment revenu sur la dernière élection présidentielle, réitérant ses allégations controversées sur l’existence présumée de fraudes massives ayant perturbé le scrutin. «Cette élection restera dans l’histoire comme le plus grand crime du siècle», a-t-il ainsi déclaré.

«La survie de l’Amérique dépend de notre capacité à élire des républicains à tous les niveaux, en commençant pas les midterms l’année prochaine», a souligné l’ex-président américain en multipliant les piques à l’endroit de l’actuel locataire de la Maison Blanche. Donald Trump a en effet fustigé le mandat de Joseph Biden à qui il a par exemple imputé une immigration clandestine ayant atteint «des niveaux records» ou encore le prix de l’essence qui a «explosé». «L’Amérique est méprisée et humiliée sur la scène mondiale [et s’incline] devant la Chine», a-t-il encore tonné. 

Zuckerberg et Fauci dans le viseur de Trump

Devant un public acquis à sa cause, l’ancien chef d’Etat américain en a profité pour railler le patron de Facebook, le réseau social ayant suspendu le compte de Donald Trump au début de l’année. «On ne peut pas laisser ce genre d’individu mener notre pays», a-t-il assuré, reprochant à Mark Zuckerberg d’avoir «enfreint la loi en dépensant des millions de dollars» pour orienter les votes dans certaines régions du pays.

Il s’est également montré très critique vis-à-vis d’Anthony Fauci, nommé en janvier 2020 par l’administration américaine à la tête de la cellule de crise des Etats-Unis face à l’épidémie de Covid-19, poste qu’il occupe toujours après avoir été reconduit sous Biden. 

«C’est un type sympa, pas un grand médecin, mais un grand promoteur […] Il s’est trompé sur presque tous les sujets», a affirmé Donald Trump à l’endroit du scientifique octogénaire, mondialement reconnu pour ses travaux en immunologie. «Fauci a dit haut et fort au début “pas de masques”, puis il est devenu un masqueur radical», a encore déclaré le 45e président des Etats-Unis.

Pour rappel, des milliers de courriels du docteur Fauci ont été publiés en début de semaine dans le cadre de la loi américaine sur la liberté de l’information (FOIA). Ainsi que le rapporte le Washington Post, certaines des correspondances d’Anthony Fauci montrent que si le scientifique a dans un premier temps conseillé aux gens de ne pas porter de masques, c’est qu’il espérait éviter une pénurie nuisible aux soignants.

Source à l’adresse RT France