Simulacre d’exécution d’un «gauchiste» : Mélenchon porte plainte contre le polémiste Papacito

Jean-Luc Mélenchon a qualifié «d’appel au meurtre» et signalé aux autorités une vidéo dans laquelle le blogueur et scénariste Papacito tire au fusil de chasse sur un mannequin censé représenter un «gauchiste», électeur de la France insoumise.

«Le gauchisme est-il pare balles ?», c’est le titre de la vidéo mise en ligne le 6 juin par le blogueur et polémiste Papacito qui a mis le feu aux poudres. Dans cette publication d’une vingtaine de minutes, l’auteur de plusieurs essais où il tire notamment à boulets rouges sur ceux qu’il qualifie de «gauchistes», prétend mener une expérience «purement scientifique» : voir si le «matériel de base du mec qui vote Jean-Luc Mélenchon va lui permettre de résister à la potentielle attaque d’un terroriste sur notre territoire».

Affublant un mannequin d’un T-shirt portant la mention «Mediacuck. Dhimmi. Je suis communiste», d’une casquette ornée d’un marteau et d’une faucille, d’un écusson à l’effigie de Che Guevara et d’un sac contenant le nécessaire, selon ses termes, au «cuck de gauche de centre-ville» (du lait de soja, du quinoa et du tabac à rouler notamment), Papacito explique dans la vidéo qu’il va s’exercer au tir sur ce «gauchiste». 

Au côté de Papacito, le Youtubeur spécialisé dans les armes Code Rheino se livre alors à une description détaillée des armes qu’il va utiliser pour l’exercice : différentes armes chambrées en calibre 12, une munition de catégorie C, qu’on peut se procurer avec un simple permis de chasse. 

S’en suit enfin le «test balistique», un simulacre d’exécution à balles réelles sur le mannequin. Dans les dernières secondes de la vidéo, on voit Papacito s’acharner avec un couteau de chasse sur ce qu’il reste du mannequin. Et le scénariste de bande dessinée, habitué des polémiques, de rappeler qu’il s’agit là d’un exercice «purement scientifique». 

Mélenchon signale la vidéo sur Pharos et porte plainte 

Vite dénoncée sur Twitter, la vidéo n’est pas passée inaperçue auprès du chef de file de la France insoumise qui s’est fendu d’un communiqué le 7 juin dans lequel il a dénoncé un «appel au meurtre». Il a déclaré avoir signalé la vidéo via la plateforme plateforme Pharos, qui permet de signaler les contenus illicites en ligne, ainsi qu’au commandant militaire de l’Assemblée nationale. 

«J’appelle les organisateurs de campagnes flétrissantes – militants politiques et médias – à mesurer leurs responsabilités dans ce contexte. Que fasse réfléchir la vision de l’extrait que je publie ici. Elle vient d’un gros compte d’extrême droite, influent sur Youtube. C’est celui de “Papacito”, promu comme étant celui d’un ami par Eric Zemmour il y a trois jours», a-t-il notamment écrit dans le court texte.

J’appelle les organisateurs de campagnes flétrissantes – militants politiques et médias – à mesurer leurs responsabilités dans ce contexte

«Comme a dit mon ami le youtubeur Papacito : “Est-ce que Samuel Paty a senti un sentiment d’égorgement ou une réalité d’égorgement ? Un sentiment de décapitation ou une réalité de décapitation ?” Il faudrait demander ça à monsieur Dupond-Moretti», avait en effet déclaré Eric Zemmour sur Cnews le 3 juin, s’indignant du fait que le garde des Sceaux avait estimé que la France n’était «pas un coupe-gorge».

Prenant la parole plus tard dans une conférence de presse en direct sur les réseaux sociaux, Jean-Luc Mélenchon a annoncé qu’une plainte allait être portée «individuellement», mais aussi «collectivement à la faveur d’un document qui bientôt sera en ligne pourque tous ceux qui le souhaitent se joignent à nous».

«Qui que vous soyez, quelle que soit votre opinion politique à mon sujet ou à celui des Insoumis, je suis certain qu’aucune et aucun d’entre vous n’approuve une telle mise en scène», a-t-il ajouté.

«Je mets en garde, en discernant les choses, contre la violence verbale qui nous entoure et qui peut parfois conduire à nous désigner en permanence comme des cibles. Je mets en garde contre le fait que cette vidéo est parue en fin de journée dimanche alors même que commençait à s’orchestrer une odieuse manipulation de mes propos à propos des attentats qui ont eu lieu au cours des précédentes élections», a encore poursuivi Jean-Luc Mélenchon. «Bien sûr c’est un tout autre registre sur lequel se situe cet appel au meurtre, mais je crois que tous nous devons faire l’effort de faire descendre le niveau de violence verbale et en image qui règne dorénavant à l’initiative de groupes dont le danger n’est plus à signaler», a-t-il encore affirmé. 

Le leader de la France insoumise était depuis la veille au cœur d’une polémique pour des propos sur les attentats. «Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident, ou un meurtre. Ça a été Merah en 2012, ça a été l’attentat sur les Champs Élysées [du 20 avril 2017]. Vous vous rappelez de tout ça ? […] Tout ça, c’est écrit d’avance, nous aurons l’événement gravissime qui va une fois de plus permettre de montrer du doigt les musulmans et d’inventer une guerre civile, c’est bateau tout ça», avait-il déclaré, s’attirant les foudres de familles de victimes. Face à la controverse il avait alors dénoncé un «buzz affligeant» et estimé que ses propos avaient été montés «en épingle».

Au cours de son direct, Jean-Luc Mélenchon a renouvelé «l’expression de [sa] compassion pour les victimes et les familles des victimes» des attentats. 

Source à l’adresse RT France