Euro 2020 : Washington «adore» le maillot et le slogan de l’équipe d’Ukraine qui déplaît à Moscou

L’ambassade d’américaine en Ukraine a sans surprise déclaré dans un tweet «adorer» le maillot de la sélection ukrainienne à l’Euro 2020 qui a provoqué la colère de Moscou car il y figure notamment la Crimée et un slogan chargé d’Histoire.

«On adore ce nouveau look. Gloire à l’Ukraine ! #LaCriméeestukrainienne», c’est par ce tweet très politique que l’ambassade des Etats-Unis en Ukraine a apporté son soutien à Kiev le 7 juin après que la Russie a critiqué le choix du maillot de la sélection nationale

Kiev semble avoir vu dans l’Euro 2020 le moyen de jouer à fond la carte nationaliste sur fond de tensions toujours fortes avec la Russie (qui participe à la compétition), notamment sur la question de la Crimée. Bien que l’UEFA veille à désamorcer toute tentations d’instrumentaliser les compétitions de football à des fins politiques, elle a néanmoins validé ce maillot où de nombreux éléments graphiques renvoient à la crise en cours. 

Figure ainsi en surimpression la carte de l’Ukraine incluant la Crimée, rattachée après référendum à la Russie, et les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk, qui se sont déclarées indépendantes et qui échappent au contrôle de Kiev depuis 2014.

Les slogans «Gloire à l’Ukraine ! Gloire aux Héros !», issus d’un chant patriotique, renvoyant aux manifestations contre l’ancien président Viktor Ianoukovitch figurent sur le maillot. Moscou n’a pas manqué de rappeler que ces slogans étaient aussi utilisés par ceux qui ont coopéré avec les nazis durant la Seconde Guerre mondiale.

Des «symboles nationaux» pour Kiev

«A tous ceux qui commencent à le critiquer et qui ne supportent pas de voir nos frontières reconnues internationalement ou le salut officiel de notre Etat, je ne répondrai qu’une chose : nous ne permettrons à personne d’insulter nos symboles nationaux», a déclaré Dmytro Kouleba, le chef de la diplomatie ukrainienne. «Gloire à l’Ukraine ! Ensemble vers la victoire !», a-t-il poursuivi sur Twitter.

Source à l’adresse RT France