Le grand-rabbin de Jérusalem compare les participants de la Gay pride à des «animaux sauvages»

Irrité par la présence de religieux à la Marche des fiertés de Jérusalem, le grand-rabbin de la ville Shlomo Amar a laissé exploser son aversion des LGBT en estimant qu’ils se comportaient moins bien que des «animaux sauvages».

L’ancien grand-rabbin séfarade d’Israël et actuel grand-rabbin de Jérusalem Shlomo Amar a qualifié la Marche des fiertés de Jérusalem, qui a eu lieu le 3 juin, de «Marche de l’abomination» et comparé ses participants à des «animaux sauvages», rapportent les médias israéliens I24News et The Times of Israël

«Ils se sont prêtés à la marche de l’abomination dont ils prétendent être fiers», a-t-il déclaré le jour même dans des propos relayés par la radio Kan. «Les animaux sauvages eux-mêmes ne se comportent pas de cette manière», a-t-il de surcroit expliqué. Le rabbin était mécontent que des religieux aient participé au défilé qui a rassemblé environ 8 000 personnes selon l’AFP. 

Le grand-rabbin de Jérusalem, Shlomo Amar, a choisi l’incitation à la haine à l’encontre de la communauté LGBT et le dénigrement au lieu de transmettre un message de tolérance et d’inclusion

«Nous avons atteint ce degré de déshonneur, d’avilissement, cette corruption qui fait que des personnes qualifiées de religieuses, des hommes qui portent une kippa», a-t-il encore assuré selon The Times of Israël, ajoutant que ces derniers devaient retirer cette dernière et manger du porc «plutôt que de se comporter ainsi» en défilant lors de cette marche. 

Sitôt révélés, ces propos ont suscité la réprobation des défenseurs de droits des LGBT : «Le grand-rabbin de Jérusalem, Shlomo Amar, a choisi l’incitation à la haine à l’encontre de la communauté LGBT et le dénigrement au lieu de transmettre un message de tolérance et d’inclusion», a déclaré notamment Alon Shachar, directeur de la Maison ouverte pour les fiertés et la tolérance de Jérusalem, cité par les médias israéliens. 

Le rabbin avait déjà en 2019 tenu des propos similaires sur les religieux qui participaient à la Marche des fiertés : «Il serait préférable qu’ils abandonnent leur kippa et leur pratique du Shabbat, et qu’ils montrent leur vrai visage… Ils commettent un péché contre le peuple juif par leur corps», avait-il entre autres déclaré, selon The Times of Israël. 

Une autre Marche des fiertés est prévue le 25 juin à Tel-Aviv après une année d’interruption due au coronavirus. En 2019, 250 000 personnes avaient participé à ce défilé qui est un des événements LGBT les plus célèbres du monde et le plus important du Moyen Orient. En 2015, la Marche des fiertés de Jérusalem avait été endeuillée par la mort d’une adolescente de 16 ans, poignardée par un juif ultra-orthodoxe homophobe déjà condamné en 2005 pour un crime similaire et qui fut cette fois-ci condamné à la prison à perpétuité.

Source à l’adresse RT France