Vladimir Poutine inaugure une usine de transformation de gaz géante en Sibérie

Le président russe a officiellement inauguré le 9 juin une usine géante de transformation de gaz dans l’Extrême-Orient russe. Elle sera alimentée par le gazoduc Force de Sibérie, exploitée par Gazprom. Son principal client sera le chinois Sinopec.

Le président russe Vladimir Poutine a donné, le 9 juin, le signal de l’entrée en production de la première unité de l’usine de traitement de gaz Amur GPP (du nom du fleuve Amour qui sépare la Russie de la Chine). Encore en cours de construction par Gazprom, elle est située près de la ville de Svobodny, à quelque 5 700 kilomètres à l’est de Moscou.

Lors de cette cérémonie, qui s’est déroulée en visio-conférence, le chef d’Etat, après avoir félicité les équipes, a salué «un complexe industriel […] d’importance stratégique» et souligné son coût «supérieur à 1 000 milliards de roubles [11 milliards d’euros]», soit un montant équivalent à celui du chantier du gazoduc sous-marin Nord Stream 2.

Vladimir Poutine a aussi exprimé sa confiance dans l’entrée en service complète de cette installation qui doit comprendre cinq unités de production à l’échéance prévue en 2024-2025. Enfin, il s’est félicité de la dimension internationale du projet qui rassemble pour l’ensemble de la durée du chantier quelque 35 000 ressortissants allemands, croates, italiens, kazakhs, kirghizes, ouzbeks, russes et serbes.  

Le gouverneur de la région de l’Amour, Vassily Orlov, a quant à lui salué un moment «historique pour la région et pour tout le pays ». Il a aussi loué la construction d’infrastructures routières, ferroviaires, fluviales et sociales accompagnant la mise en œuvre du projet.

27 kilomètres de routes d’accès, un quai sur la rivière Zeïa et quelque 40 kilomètres de voies ferrées ont en effet déjà été créés. Un quartier résidentiel pour les collaborateurs de l’usine est en cours de construction dans la ville de Svobodny, et doit comprendre, à terme, une clinique, une maternelle, une école, un complexe sportif et un centre culturel avec salle de concert.

1000 fournisseurs et 500 sous-traitants

La construction a commencé en octobre 2015. Gazprom, via sa filiale Pererabotka Blagovechtchensk, est l’investisseur, un des clients et l’opérateur. Le chantier est dirigé par une filiale du groupe pétrochimique russe SIBUR, et l’équipement de base pour la séparation des gaz est fourni par l’américano-allemand Linde. Environ 1 000 fournisseurs d’équipements et plus de 500 entreprise contractantes ont participé au projet dont le financement est assuré par 22 banques d’Europe, d’Asie et de Russie (Gazprombank, SberBank, VTB Bank, Otkritie Bank et VEB.RF).

L’usine est alimentée par le gisement gazier de Chaïadinskoïe, exploité depuis 2019 et produisant 25 milliards de mètres cube de gaz par an avec des réserves prouvées de 1 200 milliards de mètres cube. Le gaz extrait est transporté par le gazoduc Force de Sibérie qui relie la région à la Chine. Un autre gisement, celui de Kovytkinskoïe, produisant 27 milliards de mètres cubes par an, avec des réserves prouvées de 1 800 milliards de mètres cubes, devrait prochainement être raccordé au gazoduc, et contribuer lui aussi à la production de l’usine.

Fonctionnant à pleine capacité, l’usine produira 2,4 millions de tonnes d’éthane, 1,5 million de tonnes de gaz de pétrole liquéfiés (GPL) et 200 000 tonnes de pentane-hexane. Le principal client sera le complexe chimique Amur Gas, une co-entreprise associant le russe Sibur et l’entreprise pétrochimique chinoise Sinopec.

Source à l’adresse RT France