Crimes de guerre : le Congrès américain choqué par les propos d’une élue démocrate

Des représentants du Congrès sont montés au créneau après que l’élue démocrate du Minnesota Ilhan Omar a interpellé le secrétaire d’Etat américain sur la responsabilité de certains Etats en matière de crimes de guerre.

Tout a commencé avec une vidéo publiée le 7 juin par la représentante du Minnesota Ilhan Omar, dans laquelle elle interrogeait le secrétaire d’Etat américain, Anthony Blinken, sur les mécanismes de justice accessibles aux victimes de crimes de guerre à travers le monde.

Pour accompagner son intervention filmée, l’élue démocrate a alors écrit sur les réseaux sociaux qu’il fallait faire preuve du «même niveau de responsabilité et de justice pour toutes les victimes de crimes contre l’humanité», ajoutant : «Nous avons vu des atrocités impensables commises par les Etats-Unis, le Hamas, Israël, l’Afghanistan et les Taliban.»

Un groupe d’élus démocrates de confession juive monte au créneau

Le parallèle n’est pas passé inaperçu puisqu’il a valu à Ilhan Omar d’être rapidement épinglée au sein même de son propre camp politique. «C’est un groupe d’élus démocrates de confession juive de la Chambre qui a publiquement, et durement, critiqué leur collègue», rapporte en effet l’AFP.

Ces élus ont ainsi sommé la représentante du Minnesota de clarifier ses propos, ne pouvant accepter qu’elle mette sur le même plan les Etats-Unis, Israël, le Hamas et les Taliban. «Ignorer les différences entre les démocraties régies par l’Etat de droit et les organisations méprisables qui se livrent au terrorisme revient, au mieux, à discréditer l’argument que l’on veut faire valoir et, au pire, à refléter des préjugés profondément ancrés. Les fausses équivalences donnent une couverture aux groupes terroristes», peut-on notamment lire dans le communiqué à charge contre Ilhan Omar. 

Face à la démarche de ses collègues, l’élue de la Chambre des représentants a réagi le 10 juin sur Twitter, estimant qu’il était «honteux» qu’ils aient privilégié une demande publique de clarification au lieu de se contenter de l’appeler. Et Ilhan Omar de dénoncer le silence de ses signataires concernant «le harcèlement constant» la visant.

L’élue démocrate a en outre reçu le soutien d’autres membres du Congrès. «Lorsque des acteurs étatiques, y compris des démocraties, ou des acteurs non étatiques, tels que des organisations terroristes, se livrent à des actes qui tuent aveuglément des civils ou commettent des violations flagrantes des droits de l’homme, comme la torture ou la détention indéfinie, il devrait y avoir des mécanismes internationalement reconnus pour obtenir des comptes et faire respecter les normes humanitaires convenues. La représentante Omar a posé une question sérieuse, ce qui est son droit en tant que membre du Congrès», a par exemple écrit la représentante Betty McCollum.

«Pour être claire : la conversation portait sur la responsabilité de chacun de ces quatre acteurs dans des enquêtes déjà ouvertes par la Cour pénale internationale […] Je ne faisais en aucune façon une comparaison entre des organisations terroristes et des pays démocratiques comptant sur des systèmes juridiques bien établis», a pour sa part précisé Ilhan Omar, citée par l’AFP qui précise qu’une telle clarification a été rapidement saluée par les chefs démocrates de la Chambre.

Les explications d’Ilhan Omar n’ont cependant pas fait taire les critiques des républicains, qui continuent d’appeler les chefs démocrates à agir pour la sanctionner après ses remarques «abjectes». Certains pourraient réclamer très prochainement un vote de censure ou pour l’évincer de son siège à la commission sur les Affaires étrangères, explique encore l’AFP. Pour rappel, Ilhan Omar fait l’objet d’une pétition en ce sens, mise en ligne deux ans plus tôt par le jeune et controversé militant identitaire américain Jacob Wohl. Intitulée «Retirez la représentante Ilhan Omar de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants», la pétition cumule à ce jour près de 300 000 signatures et dénonce l’antisémitisme présumé de l’élue du Minnesota. 

En 2019, Ilhan Omar avait été épinglée à la Chambre pour son soutien à la campagne internationale de boycott d’Israël, puis pour ses propos sur le lobby pro-Israël Aipac. 

Source à l’adresse RT France