La vraie raison du rappel de 7 000 produits, inquiétudes des effets mutagènes sur le Covid ?

« Glaces, biscuits, chocolat, pains : plus de 7 000 produits rappelés en raison de la présence d’un pesticide »… C’est étrange cette envie subite de prendre soin de notre santé, parce que je me souviens d’un moment où il y avait 40 000 tonnes d’huile avec de l’huile de vidange et que cela n’a posé aucun problème aux autorités sanitaires pour nous les faire avaler, parce que « c’était suffisamment dilué » !!!

« 40.000 tonnes d’huile de tournesol ukrainienne coupée au lubrifiant pour moteur ont été distribuées en Europe, d’après des révélations du « Canard enchaîné ». Des produits alimentaires fabriqués à partir de cette huile n’auraient pas été retirées du marché, officiellement « en l’absence de toxicité aiguë ».

Vous pouvez cliquer sur l’image de l’article de 20 minutes, pour ceux qui n’ont pas de mémoire ou qui, naïfs, pensent que cela dérange les autorités sanitaires de laisser de l’huile de moteur dans les produits alimentaires. Oui, il y a déjà des précédents. C’est déjà arrivé…

Quand il y a beaucoup d’argent en jeu, votre santé est bien le cadet de leur soucis.

Donc, quand on vous explique fort aimablement qu’il faut consulter un fichier Excel de 7 000 références avant et après avoir fait vos courses, c’est un peu surréaliste. Un tel empressement cache quelque chose surtout qu’en fait, la DGCCRF est au courant de tout cela depuis…. septembre dernier !

« Plusieurs milliers de produits alimentaires contenant des graines de sésame sont actuellement retirés de la vente et rappelés, selon un fichier de la DGCCRF mis à jour ce lundi 14 juin.

Les autorités sanitaires françaises ont en fait été informées début septembre, par leurs confrères belges, de la présence d’oxyde d’éthylène en trop forte quantité dans certains lots de graines de sésame importées ».

Le vrai problème ? C’est mutagène !!

L’oxyde d’éthylène est « classé cancérigène, mutagène, c’est-à-dire pouvant causer des anomalies génétiques », a indiqué Benjamin Dourize, rédacteur en chef adjoint de 60 Millions de consommateurs à franceinfo. Le risque concernerait toutefois « surtout une consommation prolongée et en quantité ».

Le vrai problème semble plutôt à chercher du côté mutagène de ce pesticide, car lorsque vous avez une pandémie mondiale sur les bras, avec des milliers de produits pouvant faire muter ou pas un virus qui fiche une sacrée pagaille dans le monde, de vous à moi, vous préférez ne pas courir le risque qu’une graine de sésame frelatée fasse muter le virus chez Madame Michu lorsque cette dernière voudra se faire des burgers maison avec du pain recouvert de graines de sésame frelatée.

On est en droit de se poser très sérieusement la question !

Au fait quelqu’un a-t-il des nouvelles du variant bordelais?

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source France bleue ici

Source à l’adresse Insolentiae