Les premiers cas de variant Delta du Covid-19 en Sicile détectés sur des migrants

Une dizaine de migrants en provenance du Bangladesh, contaminés par le variant Delta du Covid-19, ont été isolés sur l’île de Lampedusa. Ils représentent les premiers cas en Sicile infectés par ce variant, minoritaire dans la péninsule italienne.

Une dizaine de migrants en provenance du Bangladesh après avoir suivi la route libyenne ont débarqués à Lampedusa et y ont été diagnostiqués porteurs du variant Delta du Covid-19 (anciennement dénommé «variant indien»). Ils sont les premiers cas du genre en Sicile.

Les malades sont asymptomatiques, rapporte Il Giornale di Sicilia, et ont été placés en quarantaine dans un navire spécifiquement dédié au large des côtes italiennes. Les cas auraient été isolés dès la fin du mois de mai et aussitôt communiqués au ministère de la Santé. Le séquençage qui a permis de déterminer le type de variant des personnes contaminées avait été élaboré par le docteur Fabio Tramuto au laboratoire de la polyclinique de Palerme, avec le concours du département de diagnostic de l’ASP. C’est en revanche le docteur Teresa Barone qui a effectué des tests sur plusieurs migrants présents à Lampedusa.

«Les tests ont révélé que les migrants étaient positifs», a expliqué Fabio Tramuto à l’agence de presse ANSA. Conformément au protocole, ils ont été séparés du groupe et mis en isolation. «A ce stade, comme à chaque fois que nous nous trouvons face à des cas contaminés, les tests sont envoyés à notre laboratoire de la polyclinique [de Palerme] pour des analyses. C’est en suivant des procédures complexes que nous sommes parvenus à isoler le variant Delta», a-t-il poursuivi.

Repris par Il Giornale, le référent sicilien de la Ligue, Igor Gelarda, a réagi en estimant que «l’arrivée du variant Delta par les migrants a Lampedusa est simplement scandaleux. C’est la chronique d’un désastre annoncé».

1% des contaminés touchés par le variant Delta, un chiffre en augmentation

La circulation du variant Delta est pour le moment marginale en Italie, où il touche moins de 1% des personnes contaminées. Les cas sont toutefois en augmentation et sont enregistrés dans différentes régions de la péninsule selon l’Institut supérieur de la Santé (ISS) cité par La Sicilia: «On nous signale une augmentation récente de la fréquence et la diffusion de ces signalisations sur le territoire national. La majeure partie concerne le variant Delta». Cependant, les vaccins auraient démontré leur efficacité contre ce variant qui est plus contagieux que le variant anglais.

Matteo Salvini a jugé la situation alarmante en affirmant sur son compte Twitter le 16 juin que l’arrivée du variant Delta à Lampedusa par l’immigration était «gravissime, surtout si nous pensons qu’en moins d’une semaine ont débarqués 2 500 migrants. Au début de l’année nous comptions 17 698 arrivées d’immigrés contre 5 637 l’année d’avant et 2 154 en 2019. Je compte avoir rapidement une rencontre avec le président Draghi, cet été l’Italie a besoin de touristes qui payent, pas de petits et gros bateaux [de migrants]».

Les migrants continuent d’arriver en vague sur l’île de Lampedusa, avec 150 arrivées dans la soirée du 15 juin, portant à 1 350 le nombre d’arrivées sur les dernières 24 heures. Mis en quarantaine sur le bâtiment Azzurra, les migrants sont ensuite transférés à Pozzallo puis répartis dans différents centres d’accueils régionaux où ils seront placés sous surveillance sanitaire. Le nombre d’arrivées croissant sature les «hotspots» qui accueillent les migrants, celui de Lampedusa ayant par exemple une capacité de 250 places seulement.

Source à l’adresse RT France