Heurts entre fêtards et gendarmes lors d’un festival en hommage à Steve Maia Caniço (VIDEOS)

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies à Redon pour participer à un festival de musique illégal en hommage à Steve Maia Caniço. Des cocktails Molotov auraient été lancés sur les forces de l’ordre et un fêtard aurait eu la main arrachée.

Le 18 juin, plusieurs centaines de fêtards se sont réunis à Redon, en Ile-et-Vilaine (Bretagne), en hommage à Steve Maia Caniço, un jeune homme décédé à Nantes lors de la Fête de la musique en 2019 en tombant dans la Loire lors d’une intervention policière. Des heurts entre les participants à cette fête – illégale en raison des mesures sanitaires – et les forces de l’ordre venues les déloger ont fait plusieurs blessés. Un festivalier aurait eu la main arrachée dans les heurts.

Vers 22h, plusieurs centaines de véhicules étaient réunis sur le parking d’un supermarché de Redon. Peu après 23h, juste après le début du couvre-feu, un grand cortège de gendarmes s’est déployé autour de la petite ville, rapporte Ouest France.

Les fêtards se sont ensuite repliés vers l’hippodrome de la Rive, où les gendarmes mobiles étaient déjà positionnés. Des affrontements ont alors éclaté. A 2h du matin, le sous-préfet de Redon Jacques Ranchère indiquait que «quatre escadrons de gendarmes mobiles [étaient] arrivés rapidement pour anticiper et contrer l’installation du son et contenir les teufeurs», toujours selon le quotidien régional. «Il a eu des jets de cocktails Molotov. Une boule de pétanque a aussi été retrouvée», a précisé le sous-préfet, faisant état de quatre gendarmes blessés.

Les gendarmes ont quant à eux fait usage de gaz lacrymogène et les secours ont été mobilisés. Présent sur place, le reporter de RT France Charles Baudry a pu filmer les opérations menées par les forces de l’ordre.

Un jeune homme participant à la fête aurait eu la main arrachée. Il a été évacué par les festivaliers.

En milieu de nuit, la situation était «jugée stable» par le sous-préfet, qui a estimé que la fête était «un échec pour les organisateurs». Au lever du jour, les fêtards se sont finalement installés dans un champ situé à proximité.

Ce 19 juin au matin, les affrontements ont repris, comme a pu le constater le reporter de RT France.

Source à l’adresse RT France