Paris : en grève, des internes en médecine dénoncent des pratiques «d’un autre temps»

Appelés à la grève depuis le 18 juin, des internes en médecine étaient dans la rue ce 19 juin à Paris. Ils dénoncent leur épuisement professionel, et demandent la limitation de leur temps de travail à 48 heures par semaine.

Les internes de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière se sont mobilisés pour une marche qui a réuni une centaine de personnes ce 19 juin à Paris. Depuis la veille, les internes en médecine sont appelés à une grève nationale. Leurs revendications portent notamment sur le temps de travail qu’ils souhaitent voir limité à 48 heures par semaine.

Avec la crise sanitaire, les conditions de travail du personnel de santé n’ont cessé de se dégrader. En moyenne en France, un interne travaille 58 heures par semaine. Cela pouvant même monter jusqu’à 100 heures.

Interrogé par RT France, le vice-président de l’intersyndicale nationale des internes, Léo Sillion pointe du doigt des services qui manquent de personnels. Les internes sont par conséquent obligés de faire autant d’heures car ne pouvant «laisser les services sans personne».

Il dénonce également un discours «d’un autre temps» des chefs de service qui «au mépris du droit le plus fondamental disent aux internes “non tu n’iras pas faire grève, tu n’as pas le droit de réclamer de meilleures conditions de travail”». Les conditions de travail ont poussé plusieurs internes à des suicides comme le relèvent à notre micro une interne et une mère endeuillée.

Source à l’adresse RT France