Premier tour des élections régionales et départementales

Ce 20 juin se déroule le premier tour des élections régionales et départementales françaises. Les bureaux de vote sont ouverts depuis 8h et respecteront des conditions sanitaires particulières en raison de l’épidémie de Covid-19.

Mise à jour automatique

Découvrir plus

Ce 20 juin se déroule le premier tour des élections régionales et départementales sur tout le territoire nationale (métropolitain et ultramarin). Celles-ci devaient avoir lieu en mars mais ont été reportées de trois mois en raison du contexte sanitaire.

Les bureaux de vote sont ouverts depuis 8h et fermeront à 18h  dans la grande majorité des communes. Dans les villes les plus peuplées, cet horaire est cependant repoussé à 20 heures.

Compte tenu de l’épidémie de Covid-19, les bureaux de vote devront respecter des conditions sanitaires particulières : limitation à trois du nombre d’électeurs présents simultanément dans le bureau (six si le bureau de vote est à la fois régional et départemental), file d’attente prioritaire à l’extérieur pour les personnes vulnérables, mise à disposition d’un point de lavage des mains ou gel hydroalcoolique, port du masque obligatoire, l’aération régulière des locaux tout au long de la journée, etc.

Les élections régionales

Les conseillers régionaux sont normalement élus pour six ans, mais, compte tenu du changement de date du scrutin en 2021, et de la tenue de l’élection présidentielle en 2027, le mandat des conseillers élus ce mois prendra fin en mars 2028.

Si une liste obtient la majorité absolue des suffrages exprimés (plus de 50 %), elle obtient le quart des sièges à pourvoir. Les autres sièges sont répartis à la représentation proportionnelle entre toutes les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages exprimés. Si aucune liste n’obtient cette majorité, il sera procédé à un second tour la semaine prochaine, le 27 juin. Les listes ayant obtenu au moins 10 % des suffrages exprimés peuvent se maintenir au second tour, et éventuellement fusionner avec les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages.

Le conseil régional a la compétence pour promouvoir le développement économique, social, sanitaire, culturel et scientifique de la région; le soutien à l’accès au logement et à l’amélioration de l’habitat; le soutien à la politique de la ville et à la rénovation urbaine; le soutien aux politiques d’éducation; l’aménagement et l’égalité de ses territoires, ainsi que pour assurer la préservation de son identité et la promotion des langues régionales.

Les élections départementales

Les conseillers régionaux sont eux aussi élus pour six ans, et leur mandat prendra fin en mars 2028.

Les élections départementales sont organisées au mode de scrutin binominal majoritaire à deux tours. Si un binôme recueille la majorité absolue et le suffrage du quart des électeurs inscrits, il est élu dès le premier tour. Si aucun des binômes ne l’emporte au premier tour, un second tour sera organisé le 27 juin. Ne se maintiennent que les binômes ayant obtenu au moins 12,5% des voix des électeurs inscrits (et non des suffrages exprimés). Au second tour, la majorité relative, c’est-à-dire le plus grand nombre de voix, suffit pour être élu.

Les conseils départementaux sont en charge de la solidarité, des actions sociales, de la santé (personnes âgées, aide sociale à l’enfance, handicap, RSA, APA); de l’aménagement durable du territoire (protection des espaces verts, voirie départementale, services départementaux d’incendie et de secours); de l’éducation, de la culture, du sport (collèges, sauvegarde du patrimoine, bibliothèques, infrastructures sportives, musées départementaux).

Plusieurs territoires constituent désormais des collectivités à statut particulier qui ne sont pas concernées par ces élections départementales : la Ville de Paris est par exemple depuis 2019 une collectivité à statut particulier qui s’est substituée à la commune de Paris et au département de Paris (son assemblée délibérante, le conseil de Paris, est élue lors des élections municipales). Le métropole de Lyon, la Guyane, la Martinique, la Collectivité de Corse, sont également des collectivités à statut particulier. Les collectivités d’outre-mer (Polynésie française, Wallis-et-Futuna, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Martin et Saint-Barthélemy) et la Nouvelle-Calédonie ne sont pas des départements et n’ont donc pas de conseils départementaux.

Source à l’adresse RT France