Finalement, les Anglais étudient… l’ivermectine !

Cette information ne doit rien au hasard. Il semble que l’ivermectine marche très bien. Il semble aussi que la chloroquine puisse aider lorsqu’elle est administrée en tout début de maladie comme l’affirme depuis des mois un célèbre professeur de Marseille.

Comme les « Vaccins » semblent déjà montrer leurs limites, il va devenir temps de réhabiliter les vieux « médicaments ».

On va donc voir les études se multiplier sur leur utilité…

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

L’Université d’Oxford étudie l’ivermectine, un médicament antiparasitaire, comme traitement du COVID-19

« 23 juin (Reuters) – L’Université d’Oxford a annoncé mercredi qu’elle testait l’ivermectine, un médicament antiparasitaire, comme traitement possible du COVID-19, dans le cadre d’une étude soutenue par le gouvernement britannique qui vise à faciliter les guérisons en milieu non hospitalier.

L’ivermectine a entraîné une réduction de la réplication du virus dans les études de laboratoire, a indiqué l’université, ajoutant qu’un petit projet pilote a montré que l’administration précoce du médicament pouvait réduire la charge virale et la durée des symptômes chez certains patients atteints d’un COVID-19 bénin.

Baptisée PRINCIPLE, l’étude britannique réalisée en janvier a montré que les antibiotiques azithromycine et doxycycline étaient généralement inefficaces contre le COVID-19 à un stade précoce. 

Bien que l’Organisation mondiale de la santé et les autorités réglementaires européennes et américaines aient recommandé de ne pas utiliser l’ivermectine chez les patients atteints du COVID-19, ce médicament est utilisé pour traiter la maladie dans certains pays, dont l’Inde. 

« En incluant l’ivermectine dans un essai à grande échelle comme PRINCIPLE, nous espérons générer des preuves solides pour déterminer l’efficacité du traitement contre le COVID-19, et s’il y a des avantages ou des inconvénients associés à son utilisation », a déclaré Chris Butler, co-investigateur principal de l’essai.

Les personnes souffrant de graves problèmes de foie, qui prennent de la warfarine, un anticoagulant, ou qui prennent d’autres traitements connus pour interagir avec l’ivermectine, seront exclues de l’essai, a ajouté l’université.

L’ivermectine est le septième traitement à être étudié dans le cadre de l’essai, et il est actuellement évalué en même temps que le médicament antiviral favipiravir, a précisé l’université ».

Source Reuters.com ici

Source à l’adresse Insolentiae