Paris : un projet de statue de Harley-Davidson en hommage à Johnny Hallyday gêne une maire EELV

Un projet de sculpture en hommage à Johnny Hallyday attend d’être validé par la mairie du XIIe arrondissement de Paris. L’oeuvre est censée représenter une moto Harley-Davidson, ce qui ne plaît pas à l’édile écologiste de l’arrondissement.

Emmanuelle Pierre-Marie, maire EELV du XIIe arrondissement de Paris, est très réticente à un projet de statue devant le Palais omnisports en hommage au chanteur Johnny Hallyday, car l’œuvre est censée représenter une moto Harley-Davidson surplombant une guitare électrique, selon Le Monde.

L’idée vient d’un galeriste parisien spécialisé dans l’art contemporain qui a souhaité offrir la sculpture à la Ville, lui laissant le soin de l’installer sur la future esplanade Johnny-Halliday, qui sera inaugurée en septembre devant la salle de spectacle de Bercy. Le monument, conçu par l’artiste Bertrand Lavier, présente une véritable moto Harley modèle Fat Boy fixée sur un mât en acier de 4,75 mètres en forme de manche de guitare Gibson. Selon la fiche de présentation du projet, la veuve du chanteur Laeticia Hallyday s’est dite ravie de cette «action pour faire vivre la mémoire de Johnny», décédé en décembre 2017.

Au moment où nous voulons créer une ville durable, apaisée, le projet met surtout en scène une Harley-Davidson

Ce don et sa mise en place doivent être validés à partir du 6 juillet par le conseil municipal du XIIe arrondissement. Or l’édile écologiste Emmanuelle Pierre-Marie, qui se disait réjouie «à l’idée qu’une œuvre représente ce grand chanteur», a été nettement refroidie par le parti-pris esthétique. «Au moment où nous voulons créer une ville durable, apaisée, le projet met surtout en scène une Harley-Davidson, qui symbolise tout autre chose», explique-t-elle, au quotidien vespéral. L’élue souligne également appréhender «un peu les hommages pétaradants que ce monument risque de susciter».

L’opposition de droite accuse le maire de «censure verte»

Malgré la coalition entre socialistes et écologistes en place à la mairie de Paris, la municipalité de la capitale n’est pas sur la même ligne que l’édile EELV du XIIe. Emmanuel Grégoire, le premier adjoint d’Anne Hidalgo, a assuré soutenir «évidemment cette œuvre». «Elle incarne Johnny Hallyday. La moto est un symbole très personnel de l’artiste», a-t-il justifié.

L’opposition de droite s’en est plus directement pris à Emmanuelle Pierre-Marie et à son mouvement politique, accusé de «censure verte» et de «considérations idéologiques et sectaires» à l’égard d’«un artiste qui incarne Paris et la France». «Les motos faisaient partie de la vie de Johnny, n’en déplaise aux Verts », a pointé l’élue LR Valérie Montandon, précisant toutefois auprès du Monde que l’esthétique du projet pouvait être contestée.

Source à l’adresse RT France