McAfee : une autopsie confirme la thèse du suicide, la famille demande une enquête indépendante

Selon le journal El Pais, une autopsie confirmerait la mort par suicide de l’entrepreneur John McAfee. Un résultat mis en doute par la famille de ce dernier, qui a demandé à ce que soit menée une seconde autopsie, indépendante.

Selon les résultats d’une autopsie rapportés par le journal El Pais le 28 juin, le magnat de la technologie John McAfee se serait bien suicidé dans la cellule de sa prison espagnole. Ce rapport préliminaire confirmerait ainsi la thèse initiale des autorités locales, selon laquelle l’excentrique créateur du logiciel antivirus éponyme se serait pendu dans la prison dans laquelle il était incarcéré près de Barcelone, alors qu’il attendait son extradition vers les Etats-Unis.

Plus tôt dans la journée du 28 juin, une «source proche de l’affaire» citée par Associated Press avait affirmé qu’une lettre de suicide avait été retrouvée dans la poche de John McAfee lorsque les gardiens ont découvert son corps et tenté de le ranimer. Cette source, qui n’était pas autorisée à parler d’une enquête judiciaire en cours, a toutefois refusé de commenter le contenu de la missive, a précisé l’agence de presse. 

La famille ne croit pas au suicide

Officiellement privilégiée par les autorités espagnoles, la thèse du suicide peine toujours à convaincre la famille de l’entrepreneur. L’avocat de John McAfee, Javier Villalba, a notamment tenu à souligner que sa famille n’avait pas été informée de l’existence d’une telle lettre par les autorités. Selon El Pais, la famille de John McAfee aurait d’ailleurs demandé une seconde autopsie, indépendante.

Ses derniers mots étaient “Je t’aime et je t’appellerai dans la soirée”

Venue récupérer les affaires de son défunt mari le 25 juin, sa femme Janice McAfee avait confié aux journalistes à l’extérieur du pénitencier avoir discuté avec lui le jour de sa mort : «Les derniers mots qu’il m’a dit étaient “Je t’aime et je t’appellerai dans la soirée”.» «Ces mots ne sont pas ceux de quelqu’un qui est suicidaire», avait-elle ajouté, exigeant déjà une «enquête approfondie».

Dans un message publié sur les réseaux sociaux trois jours seulement avant la mort de son mari, elle avait également expliqué que «les autorités américaines étaient déterminées à faire mourir John en prison pour en faire un exemple, pour avoir dénoncé la corruption au sein de leurs agences gouvernementales».

John McAfee, 75 ans, a été retrouvé pendu dans une prison de la province de Barcelone le 23 juin, quelques heures après qu’un tribunal espagnol eut décidé qu’il serait extradé vers les Etats-Unis pour répondre à des accusations d’évasion fiscale.

En conflit depuis des années avec les autorités américaines, l’entrepreneur avait déclaré explicitement que ces dernières cherchaient à le tuer, et qu’elles feraient leur possible pour maquiller son meurtre en suicide. «Sachez que si je me pends, à la Epstein, ce ne sera pas de ma faute», avait-il par exemple écrit en octobre dernier sur Twitter, en référence à la mort du pédocriminel – et ami des puissants – Jeffrey Epstein dans sa cellule, et source de nombreuses interrogations

Le 24 juin, au lendemain de la mort de John McAfee, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova avait commenté : «Je voudrais que pour une fois, le mystère de cette mort très médiatisée soit élucidé avant les 50 prochaines années.»

Source à l’adresse RT France