«Merci de votre confiance» : Emmanuel Macron visite la banque américaine JP Morgan

Le chef de l’Etat a visité les nouveaux locaux parisiens de la banque américaine JP Morgan, saluant le retour d’activités financières de l’établissement en France après le Brexit. La City semble néanmoins peu subir la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

Le président de la République a visité le 29 juin les nouveaux locaux de la banque étasunienne JP Morgan à Paris. Accompagné de Bruno Le Maire et de l’ancien gouverneur de la Banque de France Christian Noyer, Emmanuel Macron s’est notamment félicité du retour d’activités financières de la banque dans la capitale française à la suite du Brexit, bien que la partie la plus importante des emplois soit demeurée à Londres, selon l’AFP. JP Morgan a cependant l’intention d’augmenter ses effectifs parisiens, estimés à 265 avant le Brexit, à 800 d’ici la fin de l’année 2022.

Ce jeune banquier plein de passion qui voulait changer la France

«Monsieur le président, cher Emmanuel, je vous ai rencontré quand vous étiez ministre de l’Economie, vous m’avez demandé s’il serait possible de transférer une partie de nos activités de marché en France dans le cadre du Brexit. Ma réponse fut cinglante : mission impossible avec un président pour qui la finance est le premier ennemi», a déclaré Kyril Courboin, président de JP Morgan France. Kyril Courboin faisait ainsi référence à la petite phrase prononcée au Bourget par François Hollande lors de sa campagne présidentielle en 2012. Elle avait notamment suscité un tollé à droite.

Kyril Courboin s’est ensuite félicité de l’élection d’Emmanuel Macron en 2017, «ce jeune banquier plein de passion qui voulait changer la France». Le chef de l’Etat a de son côté exprimé sa reconnaissance vis-à-vis des représentants de JP Morgan en déclarant : «Merci de votre confiance […] 3 000 emplois financiers ont été relocalisés en France, et ce n’est qu’un début.»

Si JP Morgan a implanté son activité de marché sur Paris, c’est à Francfort que la banque a installé son nouveau siège européen, à l’instar de Goldman Sachs, Morgan Stanley et Citigroup. Les salariés parisiens travailleront «principalement dans la vente et le trading», selon le communiqué diffusé.

Selon Arnaud de Bresson, délégué général de Paris Europlace, le Brexit aurait permis la création de 4 000 emplois directs et 10 000 indirects pour l’Ile-de-France. Néanmoins, contrairement à certaines prévisions, la City demeure une place financière forte en Europe. Comme le rapporte l’AFP, plusieurs études estiment que si 7 500 emplois ont quitté Londres pour le continent, cela reste infime par rapport au aux 450 000 emplois du secteur financier londonien.

Le Financial Times a notamment indiqué dans son étude que sur les 24 banques internationales qu’il a interrogées, la plupart ont augmenté leurs effectifs au Royaume-Uni depuis 2016. Les réductions de poste relèveraient donc plus par les restructurations que par des délocalisations, et Londres reste à ce titre la première place financière européenne pour l’ensemble du secteur.

Source à l’adresse RT France