«Pas de changement de Premier ministre dans les prochains mois» : Macron confirme Castex à Matignon

Dans une interview, le président de la République a déclaré qu’il ne comptait pas remplacer son Premier ministre prochainement, malgré les faibles scores réalisés par les candidats LREM lors des élections régionales et départementales.

Dans un entretien accordé au magazine Elle qui sera publié le 1er juillet mais dont des extraits sont déjà en ligne, Emmanuel Macron a déclaré qu’il ne comptait pas changer de Premier de ministre dans les mois à venir, malgré le revers électoral des candidats du parti présidentiel lors des élections régionales et départementales des 20 et 27 juin. Des élections marquées par un taux d’abstention record, que le chef de l’Etat impute au Covid-19.

Les élections locales n’appellent pas de conséquences nationales, et donc pas de changement de Premier ministre dans les prochains mois, ou semaines

Interrogé sur son son souhait de voir une femme devenir Premier ministre, émis lord d’un meeting de campagne en 2017, Emmanuel Macron a déclaré «assume[r] toujours autant ces propos», mais les a immédiatement tempérés : «Si vous voulez un scoop, je ne vais pas changer de Premier ministre», a-t-il annoncé, avant de préciser que «les élections locales n’appellent pas de conséquences nationales, et donc pas de changement de Premier ministre dans les prochains mois, ou semaines». «Et Jean Castex n’étant pas une femme…», a poursuivi le chef de l’Etat, confirmant ainsi que son souhait de 2017 ne serait probablement pas concrétisé avant l’échéance de 2022. 

Ces élections sont arrivées à un moment où ce n’était pas le rythme du pays

Emmanuel Macron a par ailleurs commenté le fort taux d’abstention ayant caractérisé les deux tours des élections régionales et départementales – deux électeurs sur trois ne se sont pas déplacés pour aller voter – en en rejetant en ces termes la faute sur le coronavirus : «Ici, la première explication, c’est le Covid-19. Ces élections sont arrivées à un moment où ce n’était pas le rythme du pays. Mon rôle était de faire en sorte qu’il y ait un consensus politique sur la date de ce scrutin, et en aucun cas donner le sentiment que je manipulais le calendrier électoral.» «Force est de constater que les gens n’avaient pas du tout la tête à cela», a conclu le président de la République. 

Source à l’adresse RT France