Avertissement sans frais… La Chine met en garde l’occident !

« Nous ne permettrons jamais à quelque force étrangère de nous malmener, nous oppresser, ou de nous asservir », a déclaré le Président de Chine, évoquant la « fierté » et la « confiance » de son peuple. « Quiconque essaierait de le faire se heurterait à la grande muraille d’acier forgée par plus de 1,4 milliard de Chinois », a-t-il ajouté.

Voilà qui est très clair.

Même si le président chinois qui comme tous les Chinois sont toujours la sobriété verbale, n’a pas nommé l’ennemi tout le monde sait que ce sont les Etats-Unis de Biden qui sont visés puisque les Etats-Unis eux, ont bien désigné directement, la Chine comme l’ennemi et la menace pour leur leadership mondial.

Les Etats-Unis ne reculeront devant rien pour rester les premiers.

Les Chinois non plus. Ils ont été humiliés une fois au début du siècle dernier. Ils ont appris et retenu la leçon.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

La Chine met sévèrement en garde les puissances étrangères lors du centenaire du Parti communiste

Lors de son discours célébrant le centenaire du Parti communiste chinois, Xi Jinping a mis l’accent sur l’union du peuple et la puissance militaire du pays. Il a lancé un message d’avertissement aux puissances étrangères, dans un contexte tendu avec les États-Unis et l’Occident.

En juillet 1921 naissait le Parti communiste chinois, inspiré du mouvement révolutionnaire russe de 1917. Ce jeudi 1er juillet 2021, son secrétaire général Xi Jinping a célébré le centenaire de celui-ci, désormais fort de 95 millions de membres. Sur la place Tiananmen à Pékin, il a orienté une partie de son discours contre ses adversaires, sans les nommer.

«Nous ne permettrons jamais à quelque force étrangère de nous malmener, nous oppresser, ou de nous asservir», a-t-il déclaré, évoquant la «fierté» et la «confiance» de son peuple. «Quiconque essaierait de le faire se heurterait à la grande muraille d’acier forgée par plus de 1,4 milliard de Chinois», a-t-il ajouté.
Il a également promis de renforcer l’armée et de la moderniser «à des normes de classe mondiale». Enfin, il a rappelé l’objectif de «réunification pacifique» de l’île de Taïwan, autour de laquelle il renforce sa présence militaire depuis plusieurs mois.

Quelles puissances étrangères?

Taïwan est nettement soutenu par les États-Unis et l’Occident. Début juin, Washington y a envoyé trois sénateurs, sous couvert de visite humanitaire en période Covid. Une visite vue comme une provocation par Pékin. La semaine suivante, le G7 publiait une déclaration sur la nécessité de maintenir la paix et la stabilité autour de l’île, gouvernée indépendamment de la Chine, mais revendiquée par cette dernière.

De plus, la politique étrangère de Joe Biden a clairement identifié la Chine comme l’«axe du mal» avec la Russie, tout en poussant à une enquête sur l’origine du Covid, là encore perçue comme une provocation. Ces tensions s’étendent également à l’Otan, à l’image de la déclaration de son secrétaire général Jens Stoltenberg selon lequel la Chine «ne partage pas nos valeurs». Lors de son sommet du 14 juin, l’Alliance a dénoncé les «défis systémiques» posés par les ambitions chinoises.

Mers de Chine
En mars, Biden a tenu une réunion avec le Japon, l’Inde et l’Australie, le «Quad», pour chercher à contrebalancer la puissance chinoise en mers de Chine méridionale et orientale. L’US Navy a également multiplié les incursions dans les mers de Chine, parfois dans des eaux contestées par Pékin, sous la forme de missions de routine. Un projet de flotte permanente dans le Pacifique est aussi en cours d’étude, d’après Politico, et toujours dans le but de contrer la Chine dans la région.

Source Agence de presse russe Sputnik.com ici

Source à l’adresse Insolentiae