«Le vaccin tue» : un centre de vaccination contre le Covid-19 tagué à Nice

Un centre de vaccination situé à Nice a été tagué par des opposants au vaccin contre le Covid-19. Attribuant cet acte à des «complotistes anti-vaccin», le maire Christian Estrosi a annoncé que la ville et la Métropole allaient porter plainte.

Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, le centre de vaccination contre le Covid-19 de Las Planas situé boulevard Comte-de-Falicon à Nice a été tagué par des militants opposés au vaccin contre le Covid-19, a rapporté le quotidien régional Nice-Matin.

Parmi les inscriptions réalisées sur la tente du centre de vaccination ainsi que sur le mobilier : «Honte à vous», «Le vaccin tue», «Dégage de là» ou encore «Fuck vaccin». Réagissant sur Twitter le 2 juillet, le maire de Nice, Christian Estrosi, a dénoncé cet acte en l’attribuant à des «complotistes anti-vaccin». L’élu a par ailleurs annoncé que la ville de Nice et la Métropole Nice Côte d’Azur allaient porter plainte.

Selon l’édile, cité par Nice-Matin, il s’agirait d’«une réaction à [sa] volonté d’imposer un pass sanitaire». «Au moment où le gouvernement réfléchit à l’opportunité de rendre obligatoire la vaccination, et où risque de se profiler une quatrième vague, nous ne pouvons pas accepter que des complotistes anti-vaccin nous en fassent prendre le risque. Les auteurs et complices doivent être identifiés et condamnés», a-t-il déclaré.

Olivier Véran assure que la vaccination obligatoire ne concerne pas «la population générale»

Ces dégradations ont été commises alors que le débat autour d’une potentielle obligation vaccinale agite la classe politique et médiatique depuis plusieurs jours. Un projet de loi serait en préparation pour rendre la vaccination contre le Covid-19 obligatoire pour les personnels soignants et des sénateurs sont favorables à l’extension de cette obligation à tous les individus âgés de 24 à 59 ans. 

Lors d’un déplacement à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) le 2 juillet, le ministre de la Santé Olivier Véran a tenu a rassurer les Français en soulignant que si le débat sur l’obligation vaccinale pour les soignants était bien sur la table, il ne l’était pas «pour la population générale».

Le 24 novembre 2020 lors de son allocution aux Français, Emmanuel Macron avait également écarté toute hypothèse d’une vaccination obligatoire. «La vaccination doit se faire de manière claire, transparente, en partageant à chaque étape toutes les informations : ce que nous savons, comme ce que nous ne savons pas. Je veux aussi être clair : je ne rendrai pas la vaccination obligatoire», avait-il lancé.

Source à l’adresse RT France